1ER TRIMESTRE DE GROSSESSE

Hello par ici !!

Comme promis on se retrouve sur le blog pour parler un peu plus grossesse ! Je sais que ça n’intéresse pas tout le monde mais suite à ma FAQ sur ma grossesse, vu le nombre de questions, je me suis dit qu’un article de blog serait le plus adéquat pour rentrer un peu plus en détails dans le sujet, vous raconter tout ça et vous donner peut être quelques conseils et retour d’expérience, petite expérience soit elle 🙂 Et commençons par le commencement : comment on en est arrivé là, la découverte de cette belle nouvelle, tout ce qui s’en suit et le (FAMEUX) premier trimestre ! 

Pour vous re-situer la chose, j’avais enlevé mon stérilet après 2 ans de bons et loyaux services mais je sentais que mon corps le rejetait complètement : des pré-regles très douloureuses, qui me déprimaient complètement, jusqu’à 15 jours avant, ce n’était plus possible. Je perdais également de plus en plus mes cheveux, et d’autres symptômes qui m’ont après plusieurs recherches, amené à penser que mon stérilet y était peut-être pour quelque chose. Je l’ai enlevé pour tester, et finalement 2 mois après, je revivais ! Plus de douleurs pré-menstruelles ou presque, j’avais de l’énergie, bref j’allais mieux !

On savait donc que sans contraception fixe, un baby pouvait arriver à tout moment, même si nous faisions plus ou moins attention mais c’était notre choix commun, que j’arrête cette contraception qui ne me convenait pas. Dans tous les cas, on se disait que l’on serait heureux et prêts accueillir un bébé si un jour ça arrivait donc no pression sur le sujet 🙂 

NB : inutile de vous dire que ce n’est pas une décision à prendre à la légère, faire un bébé c’est un engagement important qui se réfléchi à deux. Pour notre part, on avait pas envie de se dire : allez go on se lance. Je pense que, me connaissant, j’aurai beaucoup trop réfléchi dans ce sens et je n’aurai jamais été réellement prête finalement. Mais plutôt, « ok on sait que ça peut arriver et ça tombe bien on en serait heureux et ce serait fou ». De toute façon, je savais que ce serait avec Pierre et uniquement avec lui que j’aurai des enfants, parce que c’est une évidence depuis le premier jour entre nous et que c’est lui qui m’a donné cette envie d’être maman un jour et dieu sait que c’était pas du tout gagné, moi qui était si catégorique sur le sujet avant. Si vous voulez en savoir plus sur notre rencontre, il y a deux ans presque jour pour jour d’ailleurs, je vous disais tout dans cet article : LUI.

LA DECOUVERTE

Courant décembre, on décide de ne pas forcément surveiller mon ovulation, on apprendra 3 semaines après que c’est à ce moment là que ce petit babe a décidé de commencer sa vie dans mon ventre. 

NB2 : à lire beaucoup de choses sur instagram, on peut croire que tomber enceinte est chose facile, que paf on essaye et ça marche du premier coup. Parce que pour certaines ça se passe réellement comme ça, comme pour nous par exemple, mais n’en faite pas une généralité. Je me sens chanceuse mais ce n’est pas le cas de toutes les femmes. Et plus qu’on ne le croit ! Sur les réseaux, on montre bien ce qu’on veut et pas forcément ce genre de situations privées qui touchent finalement beaucoup de couples. Alors j’ai une pensée pour toutes celles qui veulent des enfants, pour qui ça prend plusieurs mois, années, pour qui ça ne marchera jamais, pour celles qui sont en parcours PMA, pour qui la maternité est semée d’embûches et il y en a bien plus qu’on ne le pense. Alors 1000 pensées, parce que ce n’est pas facile de lire que ça arrive très facilement chez les autres. 

Comme je vous l’avais raconté sur instagram, la surprise a été TOTALE pour la découverte de cette grossesse. Par ici, aucun pressentiment, illumination ou révélation de « je le sens je suis enceinte, je me sens transformée, habitée par la vie » ahahah pas du tout ! J’en étais même très loin puisque vu les premiers symptômes je pensais avoir le Covid et être simplement en pré règles c’est pour vous dire ! (J’avais oublié l’épisode de décembre où l’on avait pas forcément fait attention).

J’ai ressenti une énorme fatigue d’un coup en journée brocante avec ma mère. J’avais les seins douloureux et quelques jours de retard, mais rien de plus. En rigolant elle m’a dit « trop bien je vais être grand mère ! ». Elle ne croyait pas si bien dire ! 

3 jours après, je me rend no stress à la pharmacie pour faire un test antigenique pour m’assurer que c’est juste un coup de fatigue et pas le Covid. « Tant qu’à faire, donnez moi aussi un test de grossesse ! ». 

En rentrant à la maison, je vais aux toilettes seule sans rien dire à Pierre. Non c’est faux, il y avait Marcel aussi ! Je n’ai à peine le temps de finir de faire pipi dessus que 2 barres s’affichent dans la seconde, le temps reste suspendu, plus personne ne bouge. Marcel se dit sûrement que sa vie va changer à tout jamais ahahah, la mienne aussi !

Il m’a fallut quelques secondes pour reprendre mes esprits, que ça monte à mon cerveau et que je remette en place les pièces du puzzle. Étonnamment je ne me suis pas jetée sur Pierre pour lui annoncer, je crois que j’ai eu besoin de reprendre mes esprits tellement j’étais sous le choc. J’ai pris une douche et je lui ai demandé de descendre faire quelques courses. La suite vous la connaissez puisque je vous l’ai partagé sur instagram, je l’ai appelé et je lui ai demandé de venir dans la cuisine, plus aucun mot ne sortait de ma bouche, il a tout de suite compris, je vous laisse voir ça 😉

On est retourné ensemble à la pharmacie acheté 2 autres tests, en vrai j’en ai fais 4, je sais pas pourquoi, c’est con mais il fallait que je vois le résultat s’afficher plusieurs fois pour y croire. Il était toujours le même : « ENCEINTE » et « 3-4 SEMAINES ». On a passé la journée ensemble dans notre bulle à faire tout ce qu’on aimait après avoir annulé tous nos rdv : boire un café, marcher à la mer, parler, se refaire le film de la journée. On était sur un nuage et en même temps dans un brouillard, c’était inexplicable. L’impression de s’être fait percutés par un camion, mais un camion en coton qui te mets bien tu vois ? MDR. Je sais pas comment vous expliquer c’était brutal, mais fou, trop beau et on planait. On avait envie de le crier sous tous les toits, d’appeler tous nos proches mais en même temps on voulait attendre que ce soit sur. Le lendemain, la prise de sang nous l’a confirmé. J’étais enceinte de presque un mois. Dingue ! On a partagé ça avec nos familles et amis proches assez vite.

On nous met en garde, « attention 1 femme sur 3 perd le bébé dans les trois mois, il est préférable d’attendre avant de le dire ». Tu as, à la fois une folle envie de le dire mais en même temps tu as peur, peur que ça t’échappes, que tout s’arrête. Ce sont deux sentiments vraiment contradictoires que je n’ai pas du tout aimé pendant ces 3 premiers mois. Pour notre part, nous n’avons pas attendu de le dire à nos proches pour plusieurs raisons. La première, s’il arrive quoique ce soit pendant ces premières semaines (fausse couche par exemple), on aura forcément besoin de leur soutien, dans tous les cas on en aurait parlé. La deuxième, c’est que j’ai été malade très vite. Nos familles et amis proches auraient eu des doutes assez rapidement. Faites comme vous le sentez, si vous voulez garder ça pour vous, faites-le. Si vous voulez être entouré, rassuré, parlez-en, il y a aucune règle, écoutez vous vous ! C’est vous qui savez ce qui est mieux pour vous, pour votre bébé, pour votre couple.   

LES PREMIERES SEMAINES

Je précise encore mais chaque grossesse est différente évidemment et heureusement parce que si vous vous fiez qu’a ces premiers mois que je vais vous raconter ça ne va pas forcément vous donner très envie ahaha. Il y a des début de grossesse qui se passent très bien et c’est trop génial quand c’est le cas, ça n’a pas été mon cas et c’est ok, mais tout aussi important de le partager, si vous passez par là, vous n’êtes pas seules les girls, sachez-le !

Parce que là, c’est moins kiffant : l’euphorie a laissé place aux symptômes assez compliqués très rapidement. Ma maman avait eu 3 premiers mois assez durs pour ses trois grossesses, elle m’en avait parlé, et puis certaines de mes copines aussi. J’appréhendais mais je me suis dit « Je vais gérer, easy et ça se trouve je n’aurai presque rien ! » hum hum, j’ai très vite déchanté.

Les nausées sont apparues 3 jours après la découverte de ma grossesse. J’ai ressenti une fatigue énorme, et surtout j’ai découvert les nausées, du matin au soir. Très vite les vomissements ont fait leur entrée dans la place. Au début je pensais gérer, j’essayai de continuer ma vie comme je le voulais, je travaillais etc, mais ça n’a pas duré plus de quelques jours. J’étais dans le déni des messages que mon corps m’envoyait et il me l’a bien fait comprendre. Mon estomac ne gardait absolument rien, tout ce qui rentrait ressortait aussi tôt.

Je m’attendais aux nausées (qui déjà qu’on se le dise pourrissent la vie), mais les vomissements en plus, ça a été très dur. J’avais l’impression d’avoir une gastro en continu, et l’impression de me réveiller d’une énorme cuite chaque matin. Pour vous donner une idée de mes journées, les vomissements me réveillaient à 5h du matin (une bonne heure pour commencer la journée la tête dans les toilettes ahahah), et ça durai jusqu’au coucher. Mes journées étaient très longues, et mes nuits très courtes.

Pour celles qui ont des nausées, il parait que manger un petit truc avant de se lever aide à les faire passer. Inutile de vous dire qu’ici ça n’a pas marché, on était un cran au dessus de ces symptômes.

Plus les jours passaient, plus je perdais mon énergie et toute ma force finissait aux toilettes. Dur donc de garder un rythme habituel de travail, les déplacements, que je devait annuler les uns après les autres. Chaque soir, je me couchais et je me disais peut-être que demain ça irait mieux, je pourrais reprendre mon p’tit quotidien, travailler normalement, mais non chaque réveil était une déception parce que mon corps ne voulait pas me suivre, et ça finissait en larmes à chaque matin. Cet état m’a au fil des semaines plongé dans une mini déprime. Je n’avais envie de rien, le goût à rien (et surement pas à manger), et au bout de deux semaines je ne supportais plus rester dans mon lit. Les prochaines semaines comme ça allait être très longues. J’ai clairement du lâcher prise moralement, arrêter de lutter, arrêter de me forcer à me lever et travailler si je ne le pouvait pas, ça a pas été facile je vais pas mentir, j’avais pleins de projets en cours . Je suis du genre à faire 1000 choses, et de voir que d’un coup mon quotidien soit boulversé à tel point, sans savoir combien de temps ça allait durer, le moral a pris un coup. Mais je devais penser à moi parce que mon mental combattait avec mon corps, qui lui ne voulait plus avancer ça n’allait pas le faire sur du long terme.

Donc j’ai lâcher prise, non sans peine. J’ai mis mon cerveau en off et je me suis dit, de toute façon c’est comme ça, j’ai beau essayer de tout faire, rien ne faisait passer cet état vaseux et rien ne ralentissait les vomissements même pas mes envies de pâtes, de macdo, de purée (mes meilleurs amis pendant ces trois mois, moi qui mange plutôt bien d’habitude, il n’y a que ça qui rentrait, et ressortait du coup^^). J’ai donc laissé venir les choses et je les ai accepté, j’ai arrêté de culpabiliser et j’ai essayé de prendre du temps pour moi. Pierre a été d’un tel soutien pendant ces semaines, autant pour toutes les tâches de l’appartement que dans le boulot, et moralement.

Quelques petits conseils qui m’ont quand même soulagé un minimum si ça peut vous aider aussi. Je vomissais jusqu’à 10-15 fois par jour souvent, de la nourriture, ou plus souvent de la bille puisque je n’avais plus rien à vomir, et justement c’était ça qui faisait très mal et me déclenchait des spams. Mon corps se raidissait complètement, et me déplaçait cervicales et dorsales. Je suis donc allée chez l’ostéopathe tous les 10 jours, ce qui me donnait quelques jours de répit quand tout était remis en place. Le fait de vomir agit sur la dorsale lié à l’estomac, et si elle est déplacé, cela accentue les vomissements. Donc n’hésitez pas à y aller, le nombre de fois que vous avez besoin, écoutez votre corps vraiment !

L’acuponcture est apparemment un bon moyen aussi de diminuer les nausées et vomissements. Je ne l’ai pas testé personnellement mais j’ai eu de bons retours sur le sujet.

J’avais été consulter rapidement une sage femme qui m’avait prescrit de l’homéopathie que j’avais pris pendant les 3 mois, et j’ai senti une petite amélioration. Certains médecins conseillent parfois quelque chose de plus fort, mais que je n’ai pas souhaité prendre pour ma part, c’est assez costaud et je préfère éviter au max les médicaments. Mais chacun fait ce qui est bon pour lui bien sur, n’hésitez pas à vous renseigner.

Aujourd’hui tout ça est derrière moi et on m’avait dit, on oublie tu verras. ALORS, non on oublie pas mais vu avec quelques mois de recul, on relativise grandement, et promis passer le 3-4ème mois, ces symptômes diminuent (pour la plupart des femmes). Si vous êtes dans cette période, cela parait tellement déprimant et long, mais promis ça passe, tenez bon et le bout du tunnel n’est pas loin !!!!

Je vous raconte ce que moi j’ai vécu en toute transparence, mon but n’est pas de décourager qui que ce soit qui voudrait un enfant, même si on va pas se mentir, lu comme ça ça donne pas franchement envie. La grossesse peut être belle, sans aucune nausées et vomissements, et ça c’est bonheur pour toutes celles qui ne le vivent pas mais vous pouvez aussi ne pas aimer ces premiers mois (ou tous d’ailleurs), c’est NORMAL. Qui aime être dans un brouillard de décuite sans avoir bu une goutte d’alcool ? PERSONNE ! Alors surtout n’hésitez pas à en parler autour de vous : vos amis, votre conjoint, le corps médical, si vous allez mal, dites-le, les gens le comprennent. Au contraire, ça fait du bien de dire ses émotions, ses ressentis et se sentir entourée. Dans cette période où on est censé être au max du bonheur et en fait non, on a juste envie de rien et que ça s’arrête au plus vite.

Et pour finir sur de la positivité, mes symptômes se sont arrêtés à 3 mois, le 4ème mois m’a permis de retrouver de l’énergie même si j’étais toujours très à plat. J’avais perdu 5 kilos et toute mon énergie, donc ça prend du temps mine de rien de reprendre des forces. Mais depuis, c’est vraiment chouette, JE REVIS ! Et d’avoir passé ces 3 mois compliqués m’ont permis de me rendre compte du bonheur que c’est de se lever chaque matin en forme, faire sa journée, aller travailler, chose que je n’aurai peut-être pas relevé autrement. Je savoure d’autant plus cette grossesse maintenant, et ce deuxième trimestre se passe à merveille. Je vous en parlerai dans un second article si ça vous dit ?

LE SUIVI MEDICAL

Je vous parlerai plus en détails dans le prochain article de ce que j’ai mis en place pour bien vivre cette grossesse et notamment à partir du deuxième trimestre. Mais ce que je peux vous dire déjà sur mon suivi dans ce premier trimestre, c’est de bien choisir les personnes qui vont vous accompagner durant ces 9 mois. Des grossesses ont en a pas 1000 et c’est hyper important d’être bien entourés et d’être en confiance. Au début, je trouve qu’on peut vite être perdu : vers qui se tourner ? quand ? comment trouver les bonnes personnes ? etc.

Pour notre part, nous sommes allés un peu sans réfléchir dans un cabinet de gynécologique pour les premiers rendez-vous : échographie de datation et échographie du premier trimestre. Nous n’avons pas accroché avec la gynécologue, on osait pas forcément poser des questions ou alors on se sentait un peu « con con » quand elle nous répondait. Sauf qu’il n’y a pas de questions cons, et quand on est pas à l’aise (et ça pendant la grossesse ou dans n’importe quel suivi médical), il faut changer ! Vraiment, c’est ce qu’on a fait, et sans regrets au contraire !

Nous nous sommes finalement tourné vers une sage femme qui nous suit depuis le 4ème mois, que l’on aime beaucoup, qui est très délicate, à l’écoute, qui nous met à l’aise et ça change tout pour un super suivi en confiance. En parallèle pour les échographies (puisque la sage femme ne les fait pas), nous allons dans un cabinet indépendant, avec une super échographiste. Si vous souhaitez les contacts, n’hésitez pas à m’écrire, je vous les donnerai parce que je sais que ce n’est pas facile de trouver les bonnes personnes. Mais surtout, n’oubliez pas, vous n’êtes pas engagé avec un professionnel, n’hésitez en aucun cas à changer, vous êtes votre priorité et vous devez vous sentir bien et à l’aise pendant ces échanges et rendez-vous. Parce que ce sont des moments uniques, surtout les échographies, pouvoir voir son bébé, écouter son coeur, franchement c’est vraiment fou, hyper émouvant et rassurant.

LES RESTRICTIONS (OU PAS)

Depuis que j’ai commencé à partager ma grossesse sur instagram, j’ai régulièrement des questionnements sur ce que j’applique ou non que ce soit côté alimentation, soleil, voyages, produits de beauté etc. En tombant enceinte, je ne m’attendais pas à autant de choses sur lesquelles on vous dit de faire attention. J’avoue que tout ça m’a au début beaucoup stressée. On nous parle de toxoplasmose, de listériose, de masque de grossesse, de perturbateurs endocriniens etc etc, euh AU SECOURS AHAHA.

Je me suis renseignée, j’ai pris les infos, je me suis aidée d’applications et puis j’en ai parlé autour de moi, et je me suis détendue le slip ! Ok il y a des choses à éviter ou tout au moins faire attention, mais je ne me suis pas arrêté de vivre qu’on se le dise. Surtout encore une fois, c’est propre à chacune, à chaque grossesse, faites-vous confiance, écoutez-vous. Dans mes souvenirs, nos mamans à l’époque n’étaient pas à cheval sur tout ça, elles buvaient même un coup de vin de temps en temps (bon ça je vais éviter perso), et on va plutôt bien tous hein ! Maman cool = Bébé cool !!!

Alors oui, je m’expose au soleil, mais je mets de la 50 sur le visage et sur mon corps (comme hors grossesse finalement), j’évite les heures ou ça tape trop mais je prends ma dose de vitamines D et ça c’est que du bonheur, pour moi et pour le bébé. Je bois du café (mais pas plus de 3 tasses par jour), je voyage encore si je me sens bien, j’évite les aliments crus comme les huitres, le saumon, le jaune d’oeuf etc, mais je ne change plus la litière pour éviter le contact direct avec le caca des chats (et comment ça m’arrange bien ça mdr). Je ne fais plus de couleur à mes cheveux, mais je continue à faire mes ongles parce que ça me fait kiffer et que j’ai envie de me sentir bien et belle. Bref, tout est une question d’équilibre, chacun fait ce qu’il veut et comme il le sent surtout. Le but n’est pas que vous soyez stressée ou malheureuse.

En tout cas, si vous êtes un peu perdu, je vous conseille de télécharger l’application « Mon alimentation grossesse », vous entrez un aliment et vous êtes guidés sur le fait de pouvoir en manger ou non, ça m’avait bien aidé au début. J’ai aussi consulté le ebook d’Elise : @la.sage.femme sur instagram, qui est vraiment très cool et qui aborde toutes les questions que l’on peut se poser pendant la grossesse : l’avion, le soleil, le café, la listériose, la toxoplasmose, elle propose des recettes équilibrées aussi. C’est très complet et pas du tout dans l’interdiction, les extrêmes ou le reproche, et j’ai beaucoup aimé y trouver pas mal d’infos et il reste abordable niveau tarif. Vous le trouverez ici : https://payhip.com/b/vlo96

Je pense que je vous ai à peu près tout dit sur ce premier trimestre, si vous avez des questions, posez-les moi en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

C’est fou d’écrire cet article et de se replonger dans ce début de grossesse alors que j’entame mon 7ème mois, c’est passé si vite depuis ! Mais en tout cas avec du recul, ce que je peux vous dire si vous êtes dans le même cas que moi avec un premier trimestre difficile, c’est que tout passe et après c’est que du bonheur (ou presque) promis !

FROM THIS… (pour ne jamais oublier ahahaha)

TO THIS (après tout roule !) :

Et vous ? Vous êtes enceinte ? Racontez-moi votre premier trimestre de grossesse, ce serait trop chouette de vous lire 🙂

Des bisous les girls xxx

Partager:

14 Commentaires

  1. Bouataille J
    19 juin 2022 / 16 h 45 min

    Les mêmes débuts ici, je m’y revois quand je te lis. Ça a duré un peu plus longtemps, peut être 4 ou 5 mois… Mais en effet, on oublie pas certes mais tellement d’autres choses positives arrivent par la suite que l’on relativise. Mais genre vraiment. Perdu 7kg, nausées, vomissements au quotidie. rien ne passait. Exactement ce que tu décris. Envie de ne rien faire, de looongues journées dans le canapé sous le plaid. Bien soutenue par le futur papa déjà au top et les proches également au courant assez tôt.
    Aujourd’hui bébé a 4 mois… j’ai envie de dire en regardant en arrière, que c’est un peu le même parcours.
    Je m’explique… Les premiers temps sont compliqués, tout est nouveau, encore et encore les hormones, on est fatigués (les deux parents cette fois!) mais on ne peut pas dormir, parce qu’on suit le rythme de bebe et parfois on veut juste le regarder et ne pas le quitter des yeux, encore et encore pour réaliser. Réaliser qu’il est à nous, qu’il sort de notre corps. Qu’on l’a réellement fabriqué (tellement ouf…), le corps doit aussi physiquement se remettre, on a alors VRAIMENT besoin d’être deux, d’avoir du soutien (belle maman qui vient pour faire la soupe à la maison, maman qui vient faire un peu de ménage/linge…). Et puis les premiers temps passés, bébé prend un rythme, nous aussi et on profite enfin… je dirais que ça a duré 2 mois ici. Aujourd’hui on profite vraiment à 3, nouvelle vie en famille, le bonheur est bien là, au bout du tunnel comme tu dis ! Et pourtant, j’ai eu un super accouchement (oui, c’est possible et il faut le dire, ce n’est pas QUE douloureux), et bébé est très calme et serein.
    Ma devise à chaque obstacle/étape était « je vais y arriver, comme toutes les autres ». Autant pour les premiers mois de la grossesse, que pour l’accouchement, que pour les premières nuits difficiles, les premiers jours d’allaitement difficiles aussi…
    Je te souhaite une belle fin de grossesse. La mienne aura été belle, j’en garde un beau souvenir malgré les mois difficiles. Si j’avais un truc à dire a toutes les futures mamans (qui attendent leur 1e enfant), gardez bien en mémoire ces derniers moments où tu es VRAIMENT seule (même si on ne l’est déjà plus tout à fait) parce qu’après on a toujours cette « responsabilité » de maman. Même inconsciemment, mon cerveau a moi ne peut pas s’empêcher de penser à bebe 24/24 même si je prends parfois un peu de temps pour moi (un bain à la maison, un massage en institut, une sortie avec les copines…). C’est peut être ça être parent ? Après tout, on est encore sur le chemin de la découverte…
    J’ai souvent eu envie de réagir à certaines sorties liées à ta grossesse mais je ne voulais pas t’embêter alors cet article tombe à pic pour partager mon expérience.

    Julie
    -Accouchement à Keraudren-

  2. ionMar
    19 juin 2022 / 16 h 51 min

    Merci pour ce partage ! ❤️
    Je suis également enceinte, et dans mon 1er trimestre (dans 2 jours je suis à 10SA ), on est les plus heureux avec mon amoureux !
    Et je me reconnais totalement dans ce que tu dis, entre l’envie folle de le crier sur les toits & le fait de « devoir » patienter jusqu’au 3ème mois, c’est frustrant et ça donne l’impression qu’on n’a pas le droit de se réjouir, presque comme ci on devait faire comme si ça n’existait pas. Alors que non merde, quoiqu’il arrive c’est la, c’est réel !
    Tout comme toi on l’a dit à la famille proche et aux amis les plus proches. Mais j’avoue avoir hâte d’être libérée de cette épée de damoclès au-dessus de ma tête !
    Ah et je pensais être l’heureuse chanceuse d’un premier trimestre sans maux de grossesse relou (en plus il faut savoir que j’ai la phobie du vomi, dc j’appréhendais pas mal !) mais le calme n’a duré que jusqu’à ma 8ème semaines ! Depuis je me tape des nausées dès le réveil !
    Mais j’essaie de relativiser, je ne vomis pas, et ce n’est pas forcément tous les jours donc j’arrive à m’alimenter !
    Mais pffiouu je suis quasiment dégoutée de tout, je mange parce qu’il faut manger (et que surtout ça m’évite des nausées plus fortes) mais c’est pas rigolo. Et j’ai l’impression d’être une loooooque, tout me fatigue donc compliqué pour le boulot moi qui bosse au contact de familles et qui doit faire plusieurs déplacements par jours…
    Donc j’avoue avoir haaate que ce 1er trimestre se termine, mais j’ai une question j’ai du mal avec ces calculs en SA, quand tu dis que tout s’est amélioré pour toi une fois les 3 mois arrivés, tu veux dire à 12SA ou à la fin de tes 3 mois soit plutôt vers la 16ème SA ?
    En tout cas tu es radieuse aujourd’hui , et ça fait rêver ! ❤️
    Xoxo

  3. Jen
    19 juin 2022 / 16 h 58 min

    Hello cool de lire ce premier trimestre même s’il était pas tout rose. C’est sympa de lire les différentes expériences. De toute façon, chaque grossesse est différente mais ça prépare aux éventualités ^^ Moi j’étais l’année dernière et ça paraît tellement loin. Grossesse au top et en forme mais beaucoup de stress notamment au 1er trimestre. Bref que du bonheur de mon côté et je le savourai tous les jours ! Accouchement aussi au top ! Je me sens chanceuse. Après les débuts de parents sont un peu durs niveau fatigue, mais ça passe et ça devient trop cool !

  4. Judith
    19 juin 2022 / 17 h 12 min

    Coucou !
    Pour ma 1ere grossesse, j’ai aussi eu des nausées H24 tout le 1er trimestre, mais jamais jusqu’au vomissement. Mais c’était quand même très dur… Et comme toi tout s’est arrangé au 2eme trimestre.
    Là je suis enceinte de mon 2ème, et aucune nausées au 1er trimestre ! Quelle joie. Une fatigue comme jamais je n’ai eu par contre mais je pouvais manger normalement et c’est tout ce qui compte !
    J’ai eu une fille et aujourd’hui je suis enceinte d’un garçon, certains me disent que ça joue. Ce qui est sûr, c’est que j’irai pas vérifier avec un 3ème
    Allez, le meilleur (mais aussi le plus dur) reste à venir, mais heureusement on ne retient que le positif

  5. Catherine R
    19 juin 2022 / 17 h 16 min

    Olala ça le replonge dans mon 1er trimestre une catastrophe également… Enceinte suite à un long parcours PMA il y avait beaucoup de séquelles psy.
    Transfert de notre embryon le 1er décembre, prise de sang le 13/12. J’ai la sensation que cette fois c’est la bonne je ne me sens pas comme les dernieres fois, je fais donc un t’est de grossesse avant la prise de sang et la positif ! 3ans à attendre et enfin cette deuxième barre est la! Le bonheur immense qui deferle dans nos coeurs!
    Et puis la réalité qui revient la peur de le perdre… Au bout de 10jours des pertes de sang marron (dsl pas glam) à Noël j’ai des douleurs de règles le pire réveillon de ma vie, je me dis je suis entrain de perdre mon bébé. Le 26 on finit aux urgences le sang est de plus en plus abondant… Et c’est ce jour la que j’ai rencontré mon pingouin, et son petit coeur qui battait ❤ le moment le plus stressant de ma vie mais aussi le plus beau!
    Echo de datation 2jours apres, la Gynéco me parle d’un décollement du sac avec risque élevé de fausse couche… Elle triple la dose de progestérone et il n’y a plus qu’à espéré que ce bébé soit fort. Va s’en suivre des échos toutes les semaines puis toutes les 2semaines avec à chaque fois cette même angoisse est ce que bébé est toujours là, est ce que son coeur bat toujours.. Plus la période Covid qui n’a pas aidé, travaillant à l’hôpital j’étais menacé de renvoi car je n’avais pas la 3e dose et je ne voulais pas me faire vacciner, trop peur des effets sur mon bébé, des médecins horribles sans empathie… Bref j’ai passé 3mois à angoisser, à être terrorisé à ne respirer que lorsque je voyais que tout allait bien à l’écho et deux jours après j’étais à nouveau en apnée. Je n’ai pas dormi de ces trois mois, Max 3-4h par nuit, j’étais exténuée, mon corps au bout du rouleau et ma tête n’en parlons pas. Puis arrive la T1 et le soulagement de voir que tout va bien, que le risque de fausse couche est derrière nous que l’on a enfin le droit de se projeter! Je crois honnêtement que ces 3mois ont été les pires de toute ma vie, mais comme tu dis après on relativise et on apprécie encore plus ce que l’on a.. Pour ma part les nausées étaient plutôt « sympas » Elles arrivaient le soir donc j’étais au moins tranquille au boulot et je n’ai eu le droit qu’a un seul donc plutôt safe.
    Voilà pour mon 1ere trimestre il ne donne pas forcément envie non plus.. Les maux ne sont pas les mêmes, chacune sa grossesse mais après ça va tellement mieux et quel bonheur de sentir bébé grandir
    Je te souhaite une belle fin de grossesse, ici bébé est prévu pour fin août encore 2mois à profiter de ma princesse dans mon ventre et après elle sera dans nos bras

  6. Charlotte
    19 juin 2022 / 17 h 16 min

    Félicitations et merci pour ce paragraphe qui parle aussi des difficultés. Ce type d’article est toujours un mélange de sentiment : super contente pour toutes ces filles que je suis depuis très longtemps et pour qui c’est un très belle nouvelle étape de vie et un pincement au coeur quand tu repenses à ta situation et aux difficultés que tu rencontres. Effectivement ce n’est pas facile pour tout le monde et c’est super de le rappeler. Encore moins facile quand tu arrives à un âge où tout le monde à des enfants et que le « alors c’est pour quand pour vous » t’enfonce à chaque fois un peu plus le couteau dans la plaie. Alors courage à toutes celles pour qui c’est encore un rêve inaccessible, à toutes celles qui ne veulent pas d’enfant dans une société où ça dérange et bonne grossesse à toutes celles qui vivent ce bonheur parce que ça rend quand même super heureux de voir tout cet amour

  7. Le Gall O
    19 juin 2022 / 17 h 22 min

    Hello,

    En lisant ton article, je me revois complètement comme toi. Dès que j’ai appris que j’étais enceinte fin décembre les symptômes sont apparues. Nausées, vomissements à n’importe quel moment de la journée, fatigue, j’avais limite peur de manger, perte de motivation alors avec le travail pas évident du tout. Pendant ses 4 mois, je me détestais d’être dans un état comme ça, je me reconnaissais plus. Maintenant, je suis dans le 7ème mois et ça va largement mieux tout ça c’est dernière mois maintenant. Et je profite de ses derniers mois avant la venue de la petite crotte. Même si j’ai hâte quand même d’accoucher Aha.

    Bonne fin de grossesse à toi ☺️

  8. Adeline
    19 juin 2022 / 17 h 55 min

    Ça fait du bien d’avoir un autre aperçu d’une autre grossesse. J’ai déjà beaucoup d’échanges avec mes soeurs (5 nièces) et ma mère (qui a eu 4 enfants dont moi et qui est assistante maternelle) sont je suis très proche. Ses échanges m’ont toujours apporté beaucoup et surtout m’ont donné depuis des années, l’envie d’être mère.
    Mon conjoint, lui, a une histoire familiale compliqué et l’envie d’être père est venu tardivement. Le stress de reproduire les erreurs de ses par, de ne pas être à la hauteur. (Je trouve qu’il est important de parler du futur papa aussi, il a son rôle dans tous ça).
    9 ans de relation, de longue attente pour moi de devenir mère, il est venu de lui même me dire « allez on y go ! », et ça…. Un des plus court mais beau discours qu’il est pu me dire !

    Je suis actuellement enceinte d’une petite fille (98% de filles dans la famille… J’ai voulu rester sur la lancée haha), terme prévu pour fin août.
    Notre parcours, une première grossesse qui s’est malheureusement terminée en fausse couche au bout de 9 semaines (je l’ai appris à 12 semaines). Une étape a passé, mais étant bien entourée (équipe médicale, famille et conjoint), le chemin de l’acceptation a été plutôt rapide, si je puis dire.
    Le plus dur a été l’acceptation, la patience à prendre pour retomber enceinte. Je tiens à dire a celle qui vivent ce moment difficile, que non vous n’êtes pas seule, ce n’est pas une honte et surtout parlez en ! Et être jalouse du bonheur des autres dans ce moment est normal ! J’ai moi même jalousé une de mes plus proche amie qui était enceinte, je lui en ai parlé, et elle a compris. On s’est vu un peu moins pour que je prenne du recul, mais elle m’a accompagné aussi dans cette épreuve et j’ai accueilli à bras ouverts sa petite fille.

    Aujourd’hui, cette nouvelle grossesse est un bonheur ! Je fais partie des  »chanceuses » qui ont une grossesse facile. Pas ou presque pas de nausées, un peu de fatigue mais rien de grandiose.
    Bébé pousse bien, grandit vite, trop vite.
    Ma grossesse je la vis à fond ! Je ne me prive pas (je fais attention avec les recommandations classiques), je savoure, aucun stress à l’horizon.
    Les médecins, amis, famille sont toujours étonné de me voir aussi décontractée. Mais qu’on se le dise, plus on stress, plus on se crée des maux. Il faut prendre les choses une par une au fur et à mesure et faire confiance à l’équipe médicale mais surtout : SE FAIRE CONFIANCE !
    Semaine prochaine j’arrive sur la dernière ligne droite. Dernière échographie, dernière fois qu’on la voit avant l’accouchement. J’ai hâte de rencontrer notre fille mais à la fois, je sens qu’elle va me manquer. Ces petits moments intimes entre elle et moi, ses réactions dans mon ventre vis à vis du monde extérieur qui me font rire, ses  »petits » coups, nos discussions privées…. Mais j’ai hâte qu’elle partage plein de choses avec son père.
    De belles émotions à traverser et à venir ! Hâte hâte !

    Pour le moment, j’avoue essayer de survivre à la canicule. Je crois que c’est elle qui m’aura avant les maux de grossesse haha !

    Long blabla désolé… Mais ça fait aussi du bien de partager son ressenti et expérience.
    Chaque grossesse, chaque femme, chaque histoire est différente. Mais c’est ce qui fait aussi notre histoire personnelle, notre individualité. Partager ces aussi une belle histoire même si le parcours n’est pas tendre et florissant.

    Merci Floriane pour ton partage.

  9. Morgane
    19 juin 2022 / 18 h 00 min

    Coucou
    J’ai accouché il y a 5 mois et si ça peut en rassurer certaines j’ai eu une grossesse de rêve (bon à part les 20 kilos en plus ahah).
    Aucune nausée du tout. Je ne peux même pas imaginer dans quel état tu étais!!
    Mais je suis super contente pour vous et je vous souhaite plein de bonheur !

  10. Anne
    19 juin 2022 / 20 h 37 min

    Te lire me rappelle tellement de souvenirs, que maintenant je qualifierais de bons alors que pouloulou c’était duuuuur ! De nouveau enceinte 1 mois 1/2 après une fausse couche, j’ai accueilli les nausées comme un bon présage ! Jusqu’à ce que ça s’installe réellement et profondément je n’ai pas vomi une seule fois ; seulement j’avais la nausée de 3h du matin à 12h tous les jours. Et le reste de la journée, je n’avais pas faim. Le bonheur ! Tout n’était que dégoût !
    Et une fatigue XXL bien-sur !
    J’ai été aussi très gênée par des maux de ventre, un sentiment de pesanteur permanent. J’ai été terriblement stressée les 4 premiers mois de ma grossesse.
    J’ai fini par me fr aux nausées et à mes nombreuses nuits sur le canapé, et un beau matin du 4e mois, je n’ai plus eu la nausée … le stress m’a accompagné encore un peu et tout s’est envolé. Depuis, une jolie petite fille est née et a aujourd’hui presque 10 mois !

  11. Sophie
    19 juin 2022 / 22 h 19 min

    Je pensais pas que ce premier trimestre pouvait être aussi épuisant ! Vomir 10/15 fois par jour !! C’est bien d’en parler, ça permet d’avoir une autre vision !
    Deuxième grossesse qui touche à sa fin de mon côté et pas de nausées ni vomissements et pourtant j’ai un garçon et j’attends une fille (stop les vieilles théories). Deux grossesses plutôt « cool » je dirai, même si sur la fin il me faut complètement ralentir pour tenir le plus possible !
    Courage aux futures mamans qui ont des premiers trimestres difficiles !!!

  12. Sandra
    19 juin 2022 / 23 h 25 min

    Idem ici. La dernière aura 3ans, j’ai passé beaucoup de temps là tête dans la cuvette pour les 2…
    J’ai beaucoup pleuré également et j’ai arrêté de travailler aussi.
    Puis le dernier trimestre c’est ce que j’ai préféré, ou j’ai pu profiter et me sentir belle.
    Belle continuation dans cette belle aventure!

  13. Chloé
    20 juin 2022 / 12 h 07 min

    Bonjour Floriane !
    Merci pour ton partage !
    Moi je suis maman depuis 15 mois d’une petite Charlotte.
    J’ai eu une grossesse à l’opposé de la tienne, 1er trimestre parlant. Je n’ai connu ni nausée, ni vomissement ! Juste qq remontés acides sur la fin… et le comble du comble ??? Je n’ai pas non plus connu la moindre contraction !!! La miss Charlotte il a fallu aller la chercher par césarienne programmée tellement elle voulait pas sortir ! C’est peut être juste là ma seule frustration, avoir accouché et ne pas savoir ce que ca fait une contraction..
    Pour nous aussi, les semaines defilent, et j’en revenais pas quand j’ai lu que tu commençais déjà ton 7eme mois !
    On a hâte de vivre avec toi la suite !

  14. Morgane
    20 juin 2022 / 14 h 13 min

    Je me reconnais tellement … Bon alors moi j’ai pas vomis ahah mais 10h de nausées par jour , fatigue vertiges baisse de tension et j’en passe … J’ai fini par me faire arrêter pendant 1 mois. De toute façon je ne tenais plus debout.. comme toi mon chéri a tout fait a la maison sans lui j’aurais pas survécu je pense! J’en suis à la moitié de mon 4 ème aujourd’hui. Ça va bien mieux, l’énergie est encore limitée mais je retrouve une vie a peu près normale !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 6927 to the field below: