Consommer local – le circuit court

Hello tout le monde ! J’espère que vous allez bien ? On se retrouve pour un nouvel article, le premier de ce genre sur le blog d’ailleurs puisque je voulais aborder le sujet du circuit court.

Mon article est vraiment personnel, il aborde la façon dont j’ai choisi de consommer. Je ne lance la pierre à personne, chacun consomme de la manière dont il veut, après si cela peut faire évoluer les consciences et informer sur le sujet, je n’en serais que ravie. Il y a encore quelques années, je ne me sentais pas très concernée par la préservation de l’environnement, notre avenir, l’écologie… Aujourd’hui, ce sont des préoccupations qui sont au coeur des débats, au coeur des inquiétudes. Et j’avoue que c’est quelque chose qui m’angoisse de plus en plus aussi, alors je me pose des questions :

Comment pouvons nous rendre notre monde meilleur pour laisser aux générations qui arrivent une planète en meilleur état ? Est-ce que ce n’est pas trop tard ? Est-ce que la nature ne va pas récupérer ce qui lui appartient ?

Pour ma part, ces efforts du quotidien pour faire bouger les choses à mon échelle, ça s’est fait naturellement au niveau de ma consommation alimentaire. Bien sûr, il y a beaucoup de domaines sur lesquels on peut agir pour mieux consommer : acheter local, réduire sa consommation d’eau, faire le tri des déchets, privilégier la seconde main, réduire ses achats de vêtements, etc, etc. D’ailleurs si ça vous intéresse, ça pourrait être une bonne idée d’article de vous parler des petits gestes simples que l’on peut mettre en place pour mieux consommer. Pour ma part, j’adore cuisiner, donc c’est naturellement que j’ai opéré mes premiers changements dans ce domaine.

POURQUOI CHANGER SA FAÇON DE CONSOMMER ?

Il y a deux ans encore, j’allais encore en supermarché faire l’ensemble de mes courses : fruits, légumes, viandes, etc. J’y prenais tout ! Parce que je trouvais ça plus simple, je croyais que c’était plus rapide et que tout se valait de toute façon. Je n’y pensais pas, parce que je n’étais pas sensible au sujet je crois. Depuis, ma façon de consommer a évoluer pour plusieurs raisons. J’ai décidé de consommer local, responsable et de soutenir l’agriculture raisonnée. Je vous explique pourquoi !

Aujourd’hui, si on veut faire attention à la planète et à sa préservation, l’une des priorités est de changer notre alimentation. Parce que ce que nous mangeons influe énormément sur le bien-être ou le mal-être de celle-ci.


Et dans l’alimentation, c’est un fait et une vérité, l’industrie de la viande est très polluante pour la planète, c’est l’aliment qui coute le plus cher à la terre en terme d’émission de gaz à effets de terre. Nous n’avons jamais consommé autant de viande qu’aujourd’hui, cela est due à la production en masse, et aux élevages industriels, et ça fait peur. J’ai pas mal regardé de reportages sur le sujet et de chiffres et c’est assez édifiant. J’ai donc décidé de grandement diminuer ma consommation de viande, et de viande rouge notamment. Avant j’en mangeait tous les jours ou presque, maintenant j’en mange plutôt tous les 2-3 jours, et de la viande rouge qu’occasionnellement. Mais surtout, je mange de la viande issue de l’agriculture raisonnée dont on parlera plus bas, et ça ça change tout je trouve.

Je vous parle de la viande, mais il n’y a pas que ça ! Aujourd’hui on trouve sur les étalages des supermarchés et même des marchés, des fruits qui ont traversés une bonne partie du globe pour se retrouver là. Surement parce que la demande est là, parce que le consommateur souhaite avoir accès à tous les fruits et légumes en toute saison. Mais en mangeant une tomate en plein hiver ou des avocats qui viennent de je ne sais où, l’impact sur la planète est tout aussi important. Ce sont des milliers de kilomètres qui sont avalés pour arriver jusqu’à chez nous et cela participe à l’augmentation des gaz à effet de serre. Parfois même ces aliments sont transportés dans des camions réfrigérés et consomment donc encore plus de carburant.

La surconsommation, la profusion d’aliments et la production de masse, voilà aujourd’hui ce qui fait mal en partie mal à notre chère planète.

Je me suis sensibilisé à ma façon de consommer en lisant des articles sur le sujet bien sur, mais aussi et surtout en échangeant avec ma mère à qui le sujet parle depuis longtemps. Mes parents ont une entreprise de travaux agricoles, ils travaillent au quotidien avec des agriculteurs et font face aux problématiques de ceux-ci : les difficultés économiques auxquels ils font face, le manque de reconnaissance du métier, la pression de la grande distribution, etc. Et pourtant les agriculteurs ont un rôle fondamental dans notre société : ils nous nourrissent ! On pourrait creuser le sujet du pourquoi du comment de la crise agricole, sur la pression que subissent les agri par la grande distribution, des prix sont toujours plus tirés vers le bas, ou sur l’exigence de la qualité des produits, mais ça prendrait des heures.

Ils font un très beau métier, qui malheureusement est beaucoup décrié aujourd’hui. À cause de reportages que l’on peut voir sur certaines exploitations d’élevage d’animaux en masse ou des abattoirs qui ne respectent pas les règles d’hygiène, on est bombardé d’informations qui poussent à diaboliser le métier. Et cela est encore plus accentué avec les réseaux sociaux. La mode est au véganisme-végétarisme, ce qui est très bien, mais la critique est perpetuelle si on fait partie de ceux qui mangent de la viande. Et ça c’est dommage ! Il faut savoir qu’aujourd’hui seulement 2% de la population est végétarienne, ce qui reste un très faible pourcentage, et je pense que beaucoup ne passeront jamais ce cap. Alors au lieu de culpabiliser et d’incendier ceux qui en consomme, pourquoi ne pas plutôt éveiller les esprits à une meilleure consommation ?

POURQUOI CONSOMMER LOCAL ?

Déjà consommer local, qu’est-ce que c’est ? C’est choisir de consommer des produits de saison achetés chez des producteurs près de chez soi plutôt qu’au supermarché. Est considéré comme local, un produit qui est dans un rayon de 150 km autour de son domicile.

Consommer local comporte plusieurs avantages :

  • Soutenir l’économie locale en achetant des produits en direct du producteur
  • Créer du lien entre les producteurs et les consommateurs
  • Préserver l’environnement puisque les aliments n’ont nécessité aucun transports ou presque
  • Consommer des produits de saison, frais, en connaissant la provenance et le mode de production de ceux-ci
  • Retrouver le goût de cuisiner. Et oui puisque vous achetez des produits bruts, il faut donc les cuisiner derrière

J’ai l’impression qu’aujourd’hui les choses bougent un peu plus, peut être parce que je m’y intéresse finalement donc j’arrive à voir les changements opérés. Que de plus en plus de gens s’interrogent sur leur façon de consommer. Au final, est-ce que la clé ne serait pas de revenir à l’essentiel justement : un producteur – un consommateur, un produit – un besoin. Évidemment tous les producteurs ne peuvent pas changer leurs mode de distribution parce que le système ne marcherait plus, mais les consommateurs, NOUS, on peut décider de consommer autrement. De consommer responsable. Et consommer responsable pour moi, c’est consommer équitable, bio quand je le peux et surtout local, c’est le principal.

COMMENT CONSOMMER LOCAL ?

Aujourd’hui, il existe de plus en plus de réseaux en circuit court qui permettent de manger local, avec des produits de saison. Et en plus, contrairement aux idées reçues, la majorité du temps, les produits sont moins chers que dans les circuits classiques, puisque les marges prises par certains intermédiaires n’existent plus.

On a la chance d’habiter dans une région du monde où de nombreux fruits et légumes poussent facilement, on trouve dans toutes les régions des produits fermiers (oeufs, charcuteries, produits laitiers…), des légumes, de la viande..

MARCHÉS


Voilà comment j’ai commencé à consommer local : en allant au marché tous les dimanches. Je vais vous parler dans cette partie des endroits que je fréquente sur Brest et alentours. Donc forcément ça ne parlera pas à tout le monde si vous n’êtes pas du coin. N’hésitez pas à regarder sur internet en tapant « marchés locaux », ou « magasins produits locaux », vous en trouverez près de chez vous. Sinon, vous pouvez regarder sur ces deux sites qui recensent pas mal d’adresses :

https://www.mangeons-local.bzh/
https://www.bienvenue-a-la-ferme.com/

Comme je vous le disais, j’ai l’habitude de fréquenter le marché de St Louis, on y trouve tout ce qu’il faut en terme de légumes, viandes, produits laitiers… Attention tout de même, ce n’est pas parce que l’on va au marché que l’on consomme local. Regardez bien les étalages, certaines ressemblent fortement aux étales de fruits et légumes que l’on trouve en supermarché, avec une gamme très large de fruits et légumes : des avocats, des ananas, des aubergines etc, etc. Ce n’est pas local, ce sont des produits importés qui sont ensuite distribués sur les marchés. Alors certes il y a l’intermédiaire de la grande distribution en moins, mais le résultat est le même.

Observez bien, et vous repérerez très vite les agriculteurs du coin qui vendent leur produits locaux. En général, les étales sont plus sommaires, les légumes dans des cagettes un peu comme à la ferme, et surtout on y trouve pas de tout, puisqu’à chaque saison ses produits, logique ! Au marché de St louis, pour vous donner une idée, les producteurs locaux se trouvent presque uniquement autour du square de la Tour d’Auvergne : La bergerie fromagerie des Abers, Les huîtres de Kervella, Fraises Bio de Plougastel, Lapic Sivi, Ferme de l’Aber Benoit, La ferme de Keroudy, les Huîtres Legris, Algo’Manne, etc.

Pour vous aiguiller un peu, vous trouvez un récapitulatif complet des fruits et légumes que vous pouvez trouver en fonction des mois et des saisons ICI. Fiez vous à cela quand vous y aller, c’est ce que vous devez retrouver en toute logique sur les étales des producteurs locaux.

Il existe beaucoup de marchés sur Brest et alentours mais voici ceux que je fréquente et qui sont vraiment sympas selon moi.

MAGASINS DE PRODUITS LOCAUX


Le marché, c’est bien mais on ne peut pas y aller tout le temps, c’est un jour précis et à horaires fixes donc toutes les semaines ce n’est pas forcément possible. Aujourd’hui, on en trouve un peu partout, mais Brest a désormais son magasin de produits locaux ouvert tous les jours de la semaine : ICCI.

J’ai découvert l’endroit il y a quelques mois et je dois dire que j’adore ! On y trouve tout ce qu’il faut pour les courses alimentaires de la semaine, plus de 500 références fournies par une cinquantaine de producteurs du département. 90% des produits qui sont vendus dans le magasin ont parcouru moins de 50km pour arriver là, donc on est vraiment sur du local et de l’hyper frais ! Et en plus, l’établissement est super bien agencé, il est ni trop petit ni trop grand, l’équipe est très sympa et surtout les prix sont vraiment attractifs. À chaque fois je suis très étonnée du prix du panier final que je trouve plutôt bas. Ce sont des produits de qualité, accessibles à toutes les bourses et ça je valide ! Les produits sont achetés au prix juste, en concertation avec le producteur. C’est ouvert tous les jours du mardi au dimanche.

VENTE À LA FERME


Aujourd’hui, hormis les marchés et les magasins de produits locaux, de plus en plus de producteurs vendent leur produits directement à la ferme. Et c’est d’ailleurs là que je vous ai amené la semaine dernière, à la découverte de deux producteurs : MARC LE VERGE qui vend sa viande directement dans son exploitation à Bodilis et PATRICK QUÉRÉ, qui proposent à la vente des légumes et de la viande de son exploitation à Goulven et des produits des exploitations environnantes.

J’ai adoré découvrir leur métier, leur exploitation et la passion qui les anime.

Commençons par Patrick. Il a commencé la vente directe il y a 20 ans déjà, un prescripteur sur le sujet ! Il a pris conscience que les choses devaient changer au moment du scandale de la vache folle. Cela a commencé par la vente de ses légumes par ci par là, à la sauvette et puis cette vente directe s’est développée et structurée suite à une demande de plus en plus grande. 20 ans plus tard, on trouve à l’entrée de son exploitation, un magasin ouvert depuis 2015 qui s’est développé mais tout en restant très local, fermier, et social. Les clients étaient demandeurs de retrouver plus de produits dans l’exploitation pour éviter d’aller à trop d’endroits différents pour s’approvisionner. On y trouve donc toujours ses légumes, mais également des produits qui viennent de producteurs du coin, c’est du circuit raccourci : de la viande, des produits laitiers, du miel, du café, des confitures, du cidre, de la bière, etc.

Les prix des produits sont fixes toute l’année pour que le producteur y trouve son compte. Ils gagnent bien mieux à passer par Patrick que par la grande distribution, évidemment puisque la marge est bien moindre et le prix fixé d’un commun accord avec Patrick en fonction court moyen du marché sur l’année.

Aujourd’hui, ce petit magasin crée 1 emploi et demi fixe et en été, plus de 140 personnes se rendent à la ferme tous les jours. Le plus important pour Patrick c’est de de rétablir le lien entre le producteur et le consommateur, et ça marche ! Le magasin est très accueillant, et les portes de la ferme sont ouvertes en permanence, tous le monde peut venir voir les bêtes, les terres, etc. D’ailleurs beaucoup de famille viennent faire leurs courses et en profite pour se balader dans l’exploitation avec les enfants. Une fois par an, Patrick propose aussi un « café gâteaux » et un repas fermier pour rassembler clients et fournisseurs et se retrouver autour d’un repas local, une belle initiative de sa part qui rapproche et plait beaucoup.

Après avoir découvert l’exploitation de Patrick, direction Bodilis, pour découvrir la ferme de Marc Le Verge et sa production de viande vendue sous la marque « Le Boeuf s’emporte ». Ce qui m’a marqué directement en parlant avec lui et en visitant l’exploitation, c’est l’amour qu’il porte à ses bêtes et l’importance du bien-être de celles-ci. Ici, pas d’élevage intensif. Il y a environ 80 vaches et veaux à la ferme qui vivent dans de très bonnes conditions, avec de l’espace, et de bonnes choses à manger.

Chez Marc, les vaches sont nées, élevées et transformées à la ferme. En général, dans les fermes, une fois que les vaches sont envoyées à l’abattoir, le travail de l’agriculteur s’arrête là. Chez Marc, c’est différent, car une fois la bête passée à l’abattoir, il récupère la carcasse pour la transformer lui-même dans son labo avec son boucher, et la viande est ensuite vendue sur place. Sa finalité, c’est certes de proposer une bonne viande à ses clients mais c’est surtout de prendre soin de la bête, de sa naissance à son envoi à l’abattoir, étape parfois difficile qu’il fait lui-même. D’ailleurs le choix de l’abattoir est important pour lui. Il a choisi celui du Faou car le personnel est très compétent, calme, les méthodes sont en phase avec ses valeurs et l’hygiène y est irréprochable.

Sa viande est vendue directement chez lui le vendredi soir et le samedi matin mais aussi dans des points de vente comme ICCI, le Groin de Folie à Ploudaniel et à la supérette Votre Marché au Relecq-Kerhuon. Il distribue également des écoles, des maisons de retraite et quelques restaurants.


Je vous ai demandé sur instagram quelles étaient vos adresses où vous alliez acheter vos produits locaux à la ferme, et voici les adresses qui sont le plus revenues, si ça vous intéresse ! Comme je vous le disais plus haut, n’hésitez pas à regarder le site https://www.bienvenue-a-la-ferme.com/ ou https://www.acheteralasource.com/ pour retrouver des ventes à la ferme près de chez vous. Fouillez sur internet, vous en trouverez forcément.

Les ventes à la ferme, les marchés ponctuels et les magasins de produits locaux, voilà les alternatives que j’ai choisi à la grande distribution pour consommer autrement. Bien sûr, j’ai toujours besoin d’y aller, que ce soit pour dépanner pour quelques produits ou acheter des produits de première nécessité évidemment. Mais pour tout ce qui est fruits, légumes et produits laitiers, je ne changerai en rien cette nouvelle façon de consommer qui aujourd’hui devient vraiment facile car il y a de plus en plus de points de vente.

Bien sûr, il n’y a pas que ce que je vous ai cité, voici d’autres alternatives qui existent pour consommer des produits locaux et de saison :

  • AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne). Le stystême est simple, vous vous abonnez pour 6 mois ou 1 an, et vous allez récupéré à un point donné toutes les semaines des paniers de fruits et légumes, des produits laitiers, des oeufs et/ou de la viande dont le contenu varie en fonction des saisons bien sur et des producteurs. Pour trouver l’AMAP la plus près de chez vous, découvrez l’annuaire ici : http://www.reseau-amap.org/. C’est une solution qui à ses avantages : vous mangez sain, de saison et local, mais aussi quelques inconvénients puisque vous ne choisissez pas le contenu du panier et il faut compléter par des courses à côté. Mais c’est un premier pas déjà si vous n’avez pas de structures près de chez vous pour consommer local.
  • Les drives fermiers : Le drive fermier vous permet de passer commande au réseau « Bienvenue à la ferme » dont je vous parlait plus haut, réseau dont Marc fait partir. Le concept est simple : le consommateur achète les produits locaux en ligne et vient récupérer ses achats une fois par semaine au point de distribution le plus près de chez lui.  Découvrez si vous en avez un près de chez vous ici : https://www.drive-fermier.fr/

La Ruche qui dit oui : MAIS NON ! On m’en a pas mal parlé dans les commentaires sur instagram, mais après m’être renseignée sur le sujet, je ne vous recommanderai pas de tester cette plateforme. Pourquoi : parce qu’elle prélève près de 20 % du chiffre d’affaires aux paysans adhérents à ce système, un système qui ne permet pas aux petits paysans qui y adhèrent de dégager un revenu suffisant. Il semblerait que la ruche ait un fonctionnement identiques aux grandes surfaces qui consiste à faire du profit sur les producteurs en pressant sur les prix, donc pas terrible tout ça ! L’idée c’est d’éviter au maximum les intermédiaires entre le producteur et le consommateur, et ne pas se retrouver avec un système identique à la grande distri !

Voilà pour mon retour sur le consommer local. J’espère avoir été la plus complète possible et vous avoir donné les bonnes informations, pour ce que j’en sais a mon niveau en tout cas. Une fois qu’on a envie de consommer différemment c’est assez facile de le faire je trouve car il y a désormais beaucoup de possibilités et d’alternatives à la grande distribution et aux élevages industriels en masse. Je comprends totalement le choix des gens qui deviennent végétariens, notamment pour leur soutien à la cause animale, et aussi pour la préservation de l’environnement. Mais si la préservation de l’environnement est une priorité pour vous, pour moi il n’est pas forcément nécessaire de devenir végétarien à tout prix. Il y a un juste milieu, ce n’est pas toujours tout noir ou tout blanc.

Selon moi, il s’agit juste de consommer différemment, de manière raisonnée en faisant travailler les agriculteurs près de chez vous, faire marcher l’économie locale en consommant responsable.

J’aimerai bien vos avis sur le sujet, vous en pensez quoi ? Quelle est votre façon de consommer au quotidien et pourquoi ? Quels sont vos petits gestes pour préserver l’environnement ? Dites-moi tout en commentaire.

Partager:

14 Commentaires

  1. Leslie
    28 janvier 2020 / 21 h 55 min

    Franchement super intéressant, j aime beaucoup cette façon de réfléchir et de penser local pour le mieux consommer et non penser tout d suite veggie , vegan ou autres…
    moi aussi je consomme de la viande mais je veux la consommer mieux et dans de bonnes conditions d élevage .
    Merci

  2. 28 janvier 2020 / 23 h 55 min

    Bonsoir Floriane,
    Félicitations pour l’écriture de l’article sur le circuit court
    La lecture est parfaite, simple et efficace
    Je pense en effet qu’il y a une prise de conscience, ça passera par l’éducation, le milieu social, l’amour pour la cuisine et des bons produits…
    Encore bravo
    Et aussi un immense merci pour le post des bees HaPpY Olive & Barnabé
    Manon et moi travaillons sur un nouveau mélange à base de cire locale made in Finistère
    Belle soirée
    Christine la mère de Manon

    Christine la mère de Manon

  3. 29 janvier 2020 / 0 h 27 min

    C’est hyper interessant ce sujet ! Je vais regarder les ventes à la ferme dans ma ville j’avoue que je n’y avait pas pensé. Ce serait top d’avoir d’autres articles sur les gestes du quotidien pour mieux consommer

  4. Gaelle
    29 janvier 2020 / 7 h 54 min

    Auparavant, j’achetais ma viande dans les grandes surfaces. Aujourd’hui, je l’achète au ecomiam (viandes surgelées locales) de Quimper ou directement chez mon boucher. En grande surface, j’achète seulement les saucisses Henaff. J’ai l’impression de davantage servir à quoi quelque chose. D’autant plus que j’ai un papa agriculteur donc je veux consommer local.
    Je consommais de la viande tous les jours, maintenant c’est tous les 2 jours.
    Pour les légumes, je n’ai pas encore réussi à changer mes habitudes, mais grâce à ton article je constate qu’il y a des producteurs de légumes près de chez moi. Je vais aller faire un tour rapidement.
    Simplement merci pour ton article sincère : aucun jugement et ça fait du bien.

  5. Gilliard Estelle
    29 janvier 2020 / 10 h 02 min

    Merci pour cet article qui redore le blason de nos agriculteurs. Et oui consommer local c’est aussi manger très sain et savoir d’ou vient ce qu’il y a dans notre assiette.
    Je pense que les gens qui critique l’agriculture en France n’ont pas conscience que manger du soja qui a traverser la moitié de la planète est bien plus nocif pour eux et pour l’environnement.
    Comme partout il y a des gens qui travaillent bien et d’autres mal, je ne jette la pierre à personne mais en effet le mode de consommation pour lequel tu as opté c’est l’idéal pour que tout le monde y trouve son compte.
    Continue, les articles mode c’est bien mais bien vivre c’est encore mieux ! J’adore 🙂

  6. Dragonne Indomptable
    29 janvier 2020 / 10 h 12 min

    Merci beaucoup Floriane pour ton article très intéressant.

    Ca va m’aider encore plus qu’avant. J’allais déjà chercher mes légumes chez le maraicher et les fruits chez le Verger.

    Mais la je vais me servir de tes infos .

  7. 29 janvier 2020 / 13 h 13 min

    Bonjour Floriane,

    Merci pour cet article complet, très très bien construit et surtout pas moralisateur.
    De mon côté j’essaye également de changer mes habitudes depuis quelques années. Je suis très loin d’être irréprochable mais je me dis que je suis sur la bonne voie.

    Bonne continuation =)
    Estelle

  8. 29 janvier 2020 / 19 h 58 min

    En mai dernier nous étions à Brignogan et les plages sont tellement belles! Un petit air des Seychelles selon ma soeur. Mais il ne faut pas trop le dire sinon la Bretagne sera envahie de touristes haha. Je note les plages que je ne connais pas pour y aller sur un prochain séjour!

  9. Camille
    3 février 2020 / 23 h 38 min

    Bonjour Floriane,
    Félicitations pour cet article, il m’a beaucoup fait réfléchir. Je n’ai jamais pensé à consommer de cette façon même si je soutiens beaucoup la cause des agriculteurs. Mais je suis toujours en étude et j’ai peur que cela me revienne vite a chère .. J’hésite donc à me lancer, pourrais-tu me faire un retour là dessus ?

    En tout cas merci pour cet article qui fait beaucoup réfléchir et qui peut faire changer certaines mentalités et la façon de voir les choses

  10. Lapetiteelodiedu44_56
    4 février 2020 / 6 h 43 min

    Alors je te dis un grand merci Floriane ! Merci de parler de ça de mettre en avant ceux qui nous nourrissent ! Mon chéri est agriculteur et je souffre d’entendre que du mal de ce beau métier ! Alors merci bisous

  11. Nolwenn
    11 février 2020 / 21 h 33 min

    Bonjour ! Cet article est vraiment super et clair merci !
    Il était évoqué très rapidement les fermiers du net et j’ai un avis sur ce drive de producteur !
    Il se situe dans la zone kergaradec à Gouesnou. Il se développe de plus en plus avec récemment le vrac ! On y trouve de tout pour se faire ses menus locaux pour la semaine. En commande et/ou achat en direct dabs le magasin, très pratique !
    Même si ce n’est ouvert qu’en fin de semaine, il vaut vraiment le coup, à ne pas louper vraiment !
    Bonne soirée.

  12. Marion
    2 mars 2020 / 10 h 58 min

    Coucou Floriane, merci pour cet article hyper intéressant !
    J’essaie de consommer de plus en plus en circuit court, j’habite en ville et je n’ai pas de voiture donc c’est un petit peu plus compliqué de se rendre chez le petit producteur, quoi que, quand on veut on peut 😉
    Quand je suis obligée d’aller au supermarché j’essaie de regarder un peu les labels et depuis peu j’ai découvert l’application myLabel via l’association Faire un monde équitable, je ne sais pas si tu connais. C’est une appli qui scanne tes produits et qui te donne des infos sur des critères responsables, dont la juste rémunération des agriculteurs etc. Ils gagnent à se faire connaître car le concept est top, il leur manque encore un peu d’info mais ça devrait venir, je crois qu’elle n’est pas très vieille ! Tu connais ?
    J’espère que tout le monde se tournera vers ces modes de consommation, petit à petit !
    A très bientôt
    Marion

  13. 26 mars 2020 / 7 h 56 min

    Coucou !

    J’ai enfin pris le temps de lire ton article et il est vraiment génial !
    Intéressant, très bien fait.
    Au top !

  14. Laure
    17 avril 2020 / 17 h 50 min

    Coucou

    Je suis quelqu’un qui fait bcp de chose soi-même (jardin,cuisine, achat en vrac pour certains trucs). J’ai du sopalin en tissu (super géniale au passage, je n’achète plus de sopalin en papier).
    Mais je trouve que ce n’est pas encore assez. J’ai décidé du coup de faire encore plus de choses, pour changer mes habitudes.
    (Je pense que le confinement me change )
    J’ai décidé cette année, de faire ma propre sauce tomate et de la congeler dans des anciens pots en verre, je me suis mise à faire ma lessive (merci pour la recette ^^), et j’ai également pris la décision de ne plus acheter ma viande au supermarché et de privilégier les paysans de mon village pour acheter des paniers chez eux.
    Cette article me donne encore plus envie de m’investir, de changer mon alimentation et ma façon de faire.
    Alors merci pour cette article au top, qui me pousse à faire encore plus et qui j’espère poussera d’autre personne à changer leur façon de vivre et leur façon de penser.
    Merci pour tes story sur insta qui me donne la pêche tous les jours, continue comme ça et ne change pas 🙂
    Bonne soirée Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 7166 to the field below: