Course : motivation, évolution, parcours, playlists

Course : motivation, évolution, parcours, playlists

On se retrouve avec un nouvel article qui m’a été beaucoup demandé : la course à pied. Il y a 4 ans quand j’ai démarré le running, je vous aurai dit que je détestais ça, que je le faisait juste pour faire du sport et perdre du poids, aujourd’hui, mon avis a changé.

Depuis un an, j’ai appris à apprécier ce sport, je prends même du plaisir à y aller et j’en ressens parfois le besoin pour plusieurs raisons. Quand j’écoutais les gens qui me disaient aimer courir, je pensais qu’ils vivaient sur une autre planète, ma foi semblerait-il que je les ai rejoins. Donc 3 ans, oui oui, vous avez bien calculé, c’est le temps qui m’aura fallu pour aimer courir.

Comment tu fais pour courir aussi longtemps ? Comment évoluer ? Pourquoi je n’arrive pas à courir plus de 3/4/5kms ? Ce sont des questions qui reviennent régulièrement quand je vous parle de running.

Alors je ne suis pas une pro, mais comme je vous en parle souvent je me suis dis que j’allais vous donner mes conseils pour démarrer la course, s’y tenir, vous partager mes parcours et mes playlists. 

Avoir de bonnes baskets 

Au début, je courais avec des baskets de sport classiques que j’avais choisi sans y avoir trop réfléchi. J’ai été très vite obligée de me pencher sur le sujet car quand vous n’avez pas de bonnes baskets de running, ce n’est pas agréable de courir, et votre corps vous le rappelle. Mon genou m’a fait souffrir un temps parce que je n’avais pas les baskets qui me correspondaient et je sentais que je n’étais pas à l’aise dedans. Courir dans des chaussures adaptées à votre pas de course, à votre rythme, et au terrain sur lequel vous courez, ça change tout.

Pour choisir au mieux votre paire, je vous conseillerai d’aller en magasin spécialisé dans le running. Pour ma part, je me suis rendue chez Sobhi Sport au centre ville de Brest. Ils ont été de bon conseil et m’ont recommandé une paire de Brooks. Donc quand vous me demandez avec quoi je cours, je réponds toujours d’aller vous faire conseiller car il y a beaucoup de facteurs qui entrent en jeu dans le choix d’une paire de baskets. Si vous courez sur chemin ou sur route, la paire que l’on vous conseillera ne sera pas la même, pareil si vous courez 2 ou 50 km par semaine, ce sera surement autre chose. Bref, il y autant de paires qu’il y a de situations et de personnes différentes. En général pour une bonne paire de baskets, il faut compter 100-120 euros.

Ensuite, il est recommandé de changer de baskets tous les ans si vous courez régulièrement. C’est ce que je fais, et il m’arrive aussi d’alterner entre deux paires. De toute façon, vous verrez très vite si l’amorti de la basket s’affaisse, vous serez moins à l’aise pendant vos courses, et cela voudra dire qu’il est temps d’en changer.

Avoir une playlist de folie

Alors là, on a deux team, ou même trois :
– ceux qui ne peuvent pas courir sans musique,
– ceux qui ne peuvent pas courir avec,
– et ceux qui ne peuvent pas courir sans parler.

Moi je suis de la team musique x 1000. C’est même indispensable pour moi, sinon je m’ennuie, et je n’avance pas. Il parait même que c’est prouvé, la musique augmente l’efficacité d’une course de 25%, c’est énorme et je ne suis pas étonnée. Pour moi, avoir une musique dans les oreilles qui motive, que l’on aime, ça aide à se dépasser. Dans ma playlist il y a de tout, parce que suivant mes humeurs j’écoute de tout. Du K-maro sur le départ, suivi d’un bon Beyoncé motivant qui me rappelle que je suis la meilleure quand ça commence à être plus dur MDR en finissant par un Lomepal pour me dégourdir les jambes sur la fin. Aahaha c’est tout un programme.

Moi j’ai créé une playlist Run sur Spotify que vous trouverez ICI et quand je mets mes baskets je sais déjà que je vais écouter mes chansons préférées sous peu, c’est trop motivant. Voici quelques extraits de ma playlist pour vous donner des idées. Bon vous verrez il y a de tout, mais peu importe, faite vous une playlist qui vous vous fait kiffer et ça ira tout seul.

Ne pas réfléchir

Souvent la question qu’on me pose c’est : comment tu fais pour te motiver à y aller ? Là clairement, je ne vais pas vous dire que le dieu de la course tombe du ciel et me donne un coup de pied au cul pour me motiver. Il n’y a pas de secret. Et je pense que c’est comme tout dans la vie, quand vous voulez quelque chose, vous vous bougez pour y arrivez ? Et bien pour la course c’est pareil, si vous attendez que votre motivation arrive en restant sur votre canapé vous pouvez toujours l’attendre. Je ne réfléchis pas, quand je sais que je dois aller courir, je chausse mes baskets, ma tenue, et j’y vais c’est tout. Je ne reste pas tergiverser à me dire, je fais quoi, j’y vais, j’y vais pas ? Non c’est pas un choix, j’y vais et je sais que quand je rentrerai je serais super fière de moi et ça m’aura fait un bien fou, c’est ça le plus important, non ?

Ça semble peut-être plus facile à dire qu’à faire mais après je pense que c’est dans le caractère de chacun. Je ne suis pas du genre à me trouver des excuses, je suis toujours motivée (ou presque), et je suis assez fonceuse donc quand j’ai un truc en tête, c’est pas ailleurs ahah. Donc pas de lien à vous partager pour une fiole de motivation à boire avant de partir, il faut la trouver au fond de vous, mais je suis sur qu’elle doit pas être bien loin 😉

Se dépasser et se fixer des objectifs

Ça c’est un des points les plus importants pour tenir sur la durée. Souvent, on commence 2-3 semaines, on va courir 3-4 fois et puis on arrête. Le secret c’est qu’il vous faut un objectif ! Et des objectifs il y en a pleins, cela dépend de chacun. Il faut juste qu’ils soient atteignables et pas surréalistes sous peine de vous démotiver.

Ça peut-être :
Réussir à faire 5km, ou courir une heure sans vous arrêter, aller courir 2 fois par semaine, faire une course officielle dans 6 mois, courir un semi marathon ou perdre 2 kgs.

Bref se fixer des objectifs permet de se dépasser et rester motiver. Vous savez pourquoi vous y allez et une fois ces objectifs atteints, vous serez fier de vous. 

Se dépasser et ne pas rester dans un confort de course. Ça c’est le plus dur je pense. Comme dans la vie et dans toutes les situations, on a souvent l’habitude de rester dans un confort certain, celui qui nous rassure et dans lequel on sait que c’est facile. Dans la course, quand on arrive à courir 5 ou 10km en tant ou tant de temps, on est content et on reste comme ça. Mais dans la durée on peut vite se lasser. Et moi c’est ce qui m’arrive de temps en temps, donc je me fixe des objectifs.

Pour ma part, je ne parle plus en terme de poids, donc je ne souhaite pas perdre ou prendre du poids, ça m’importe peu mais je veux continuer à dessiner mon corps (je fais en fonction de ce que je vois dans le miroir) et à me vider la tête en allant courir, car ça me fait vraiment du bien.

Malheureusement je ne suis pas assez régulière avec mes déplacements et le peu de temps que je passe chez moi. J’ai donc décidé au mois d’octobre de me donner un objectif de kilomètres à faire dans le mois, soit 120 kms. C’est un sacré défi mais ça va me motiver à aller courir quand je suis en voyage et je ferais tout pour l’atteindre. (Petit update : nous sommes à la fin du mois et j’ai atteint les 90 kms donc je suis contente). Mon objectif est quasiment atteint. 120 je pense que c’est trop mais 100 c’est parfait. D’ailleurs, ça m’a tellement motivé d’avoir cet objectif que ce sera comme ça tous les mois : 100 kms de run chaque mois !

Mon deuxième objectif a été de m’inscrire à une course officielle. Ça fait longtemps que je n’en avait pas fait, je me suis donc inscrite au semi St Pol Morlaix qui a eu lieu le 3 novembre dernier. Je me suis motivée avec ma copine Florie, et on s’est dit que c’était un défi qu’on allait relever toutes les deux, bien plus motivant. C’est un sacré challenge pour moi car je l’ai fait il y a 3 ans et c’était vraiment dur car je démarrais le running depuis seulement 6 mois, j’avais vraiment eu du mal mais je l’avais fait. Cette fois, j’appréhendais un peu mais j’avais surtout hâte ! Je vous ferais un article très vite sur ce semi-marathon et comment je me suis préparée à celui-ci sinon ça va être trop long.

Ce nouvel objectif en tout cas m’a poussé à aller courir tout au long du mois pour me préparer évidemment ! J’ai donc réussi à tenir mon objectif de kilomètres dans le mois, justement parce que j’avais aussi cette course qui approchait.

Bref, vous l’aurez compris, vos défis, envies, objectifs, c’est ça qui vous motivera à vous bouger, à sortir courir même quand il pleut, qu’il fait froid, que vous avez la flemme.

Suivre son évolution

Une fois votre objectif en place, c’est parti vous allez courir et plus rien ne vous arrête. Mais ce qui est important c’est aussi de suivre votre évolution. Même si vous n’êtes pas dans un objectif de temps ou de distance, c’est quand même sympa de voir si vous progressez, ça vous tiendra motivée aussi. Pour ma part, j’utilise Nike Run Club, une application qui calcule toutes les courses : la durée, le nombre de kilomètres, le parcours, les calories brulées, l’allure moyenne, bref tout. Vous voyez ensuite le nombre de courses que vous avez fait dans le mois, le kilométrage global, c’est assez complet.

Vous me demandez souvent comment je cours, quelle est mon allure, combien de fois j’y vais par semaine. Bon comme je vous dis c’est vraiment propre à chacun, il faut y aller à votre rythme. Que vous courriez depuis 2 semaines ou 5 ans, votre niveau ne sera évidemment pas le même. Au début j’étais assez lente et je m’arrêtais tous les kilomètres, mais j’ai persévéré. Aujourd’hui, je cours environ 2-3 fois par semaine et mon allure varie entre 5,30 à 6 minutes au kilomètre. Ça dépend des sorties, dès fois je suis très en forme et je veux me pousser dans mes retranchements donc je vais plus vite, et des fois où c’est plus dur et là je calme le rythme. Mais en général on va dire que mon rythme moyen c’est 10 km en 1h, c’est la dessus que je me base. Et puis comme tout le monde, parfois c’est dur et j’ai envie de m’arrêter, et je me dis « allez encore 1km et tu fais une pause » et je me le répète à chaque kilomètre si besoin, je tiens jusqu’au bout. Et puis le plus important, c’est la régularité selon moi, ne jamais lâcher, parce qu’après, s’y remettre c’est trop trop dur ! Vous repartez de zéro et c’est démotivant. Alors si vous ne pouvez y aller qu’une fois certaines semaines ou peu de temps, allez-y quand même, gardez le pied à l’étrier, c’est la régularité la clé !

On fini cet article par les parcours que j’emprunte pour courir. Jusqu’à il y a un an je courais toujours sur les rives de Penfeld, dans le parc (je faisais soit 5 fois le tour d’1km soit le tour de 6kms environ). Mais j’ai arrêté d’y aller parce que je me suis lassée, et finalement en changeant régulièrement de parcours, je me suis rendue compte que j’étais beaucoup plus motivée. Et puis, à Penfeld, sur le grand tour il y a une bonne partie qui se trouve dans les sous-bois et quand il y a personne je ne faisait pas la fière. Alors bien sûr, vous pouvez tomber sur des personnes malveillantes partout mais à Penfeld j’avais un peu plus peur qu’ailleurs.

  • Moulin blanc :

    J’aime beaucoup courir là-bas. Qu’on se le dise courir en bord de mer, c’est bien plus sympa. Si je vivais sur la côte, j’irais toujours courir en bord de mer. Etant donné que je suis au centre ville, le plus près pour moi c’est le Moulin Blanc. C’est un parcours plat, comme la plupart que ceux que j’emprunte. Il y a quelques montées et marches mais c’est très léger.

    Quand je veux faire un tour de 10km, je pars du Tour du Monde, je suis la plage par le pont puis je remonte vers le Relecq-Keruhon en longeant le sentier côtier (qui fait passer au dessus de la plage des Sables Rouges, sous le pont de l’Iroise) pour finir vers le café de la Cale au Relecq. Je fais demi-tour en empruntant le même chemin et le tour complet fait 10km. Si vous voulez faire moins, c’est simple vous n’allez pas aussi loin et faites demi tour avant. Mais pour vous donner une idée, c’est mon tour préféré pour mes 10km.

  • Centre ville :

    J’ai pris l’habitude de courir au Moulin Blanc mais à force j’ai voulu me trouver des parcours qui m’évite de prendre la voiture comme j’habite en centre ville. Je ne pensais pas apprécier autant courir en ville, mais finalement après l’avoir fait quelques fois à Paris, je trouve que l’on est vraiment stimulée car il faut constamment faire attention à ce qui nous entoure, faire attention quand on traverses, les voitures etc, et comme je vais jusqu’en bord de mer au port ça permet de voir pleins de choses différentes, bref j’aime bien quoi !

    J’ai deux parcours, un de 6 kms que je fais régulièrement que vous pouvez voir sur l’image de gauche. je pars d’en ville et je descends jusqu’à la marina (où vous trouverez les restaurants La Coloc etc…) et je vais jusqu’au bout de la jetée où sont amarrés les bateaux. Un bon bol d’air et je fais demi tour.

    Si j’ai envie de pousser jusqu’aux 9-10 kms, au lieu de remonter directement par l’hyper centre en remontant du port, je rejoins le pont de Recouvrance, je longe la base marine et je rejoins les facs pour revenir au centre par le pont le pont Robert-Schuman.

    Et si je suis en grande forme, je me fait un parcours de 14-15 kms en descendant au port d’en ville et direction le Moulin Blanc jusqu’à la plage et je fais demi tour, soit en reprenant le même chemin, soit en remontant en ville par le quartier de Saint-Marc (photo de droite).

Voilà je pense que vous savez à peu près tout sur mes parcours, mes motivations et mon évolution. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaires. Je vous retrouve très vite avec un débrief du semi marathon de la semaine dernière dans un autre article, je ne voulais pas surchargé celui-ci.

À très vite !

Floriane

Partager:

8 Commentaires

  1. Lambert
    11 novembre 2019 / 20 h 54 min

    Merci pour ton retour running!tu utilises uniquement lappli nike ou as également une montre cardio ?

  2. Karine
    11 novembre 2019 / 20 h 56 min

    Super cet article merci! Comme tu dis la motivation ne tombera pas du ciel et il faut arrêter de négocier avec soi même.

  3. Aurélie
    11 novembre 2019 / 22 h 25 min

    Chouette article, merci Floriane pour tous ces partages, conseils… Ça redonne espoir et motivation !! T’es top !!

  4. Anaïs
    11 novembre 2019 / 22 h 38 min

    J’attendais avec impatience cette article !! et je l’ai beaucoup apprécié, tu as dis beaucoup de chose intéressantes, principalement pour les objectifs à atteindre car de mon côté, je commençais à stagner sur des idées d’objectifs .. me voilà rassasiée !

    J’ai hâtes de lire le prochain sur ton parcours des 21kms ! le mien approche 🙂

    Ta bonne humeur est toujours appréciable Floriane :*

  5. Marie
    12 novembre 2019 / 8 h 23 min

    Merci pour cette article qui remotive pour la course.

  6. Veraline3013
    12 novembre 2019 / 11 h 12 min

    Belle progression ! Moi c’est les genoux . Merci pour ce partage

  7. Lr
    13 novembre 2019 / 8 h 05 min

    Hello ! Au top l’article ! Moi aussi j’aime beaucoup courir en musique mais j’ai des écouteurs qui ne tiennent pas bien… est ce que tu peux me donner tes références merci

    • Floriane
      13 novembre 2019 / 9 h 47 min

      Ce sont les ipods !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 7091 to the field below: