Célibataire à 30 ans

Célibataire à 30 ans

Bon ok je démarre cet article avec un mensonge, je n’ai pas encore 30 ans, (rendez-vous dans 6 mois), mais vous voyez l’idée de l’article. Les fameux 30 ans qui approchent ! Ça fait quelques semaines que c’est un sujet que j’ai envie d’aborder ici. Sûrement parce qu’il y a presque un an jour pour jour, en revenant d’une semaine de vacances entre copines, je vous annonçais ma séparation avec Florian. Sans entrer dans les détails parce que c’est notre vie privée, mais soit, le fait est que nous nous séparions après 7 ans ensemble.

Depuis cet article, pas une semaine ne passe sans que je reçoive sur instagram des messages de certaines d’entres vous qui me disent vouloir se séparer mais qui ont peur de l’après, peur d’être célibataire, d’autres qui viennent de se séparer et qui ne savent pas comment rebondir, passer à autre chose.

7 ans c’est long, presque 1/4 de ma vie passée avec la même personne, tout le temps ensemble, H24, pleins de projets. Et puis sans qu’on s’en rende vraiment compte, le temps passe et l’amour aussi. Le plus dur, c’est de l’accepter. Se dire que, l’amour il n’y en a plus, se rendre à l’évidence que nos chemins doivent se séparer. Certaines personnes arrivent à partir facilement, je fais partie des autres. Partir. C’est comme si on te disait : « tu vois là, cette personne que tu vois tous les jours ? Et bien à partir d’aujourd’hui, tu ne la verras plus. » C’est déroutant et brusque à la fois. D’un coup d’un seul, puisque une séparation pour moi ne peut pas se faire autrement. C’est comme si d’un coup un membre de ta famille disparaissait. Ça parait insurmontable, mais c’est bien ça la séparation. Alors on se pose 10000 questions : « qu’est-ce que je vais faire maintenant ? », « je n’ai jamais été seule, ça va être horrible », « qui va m’aider si j’ai un problème ? », « qui va être la pour moi autant que cette personne l’a été ? « .

Et puis on apprend à vivre seul(e). Chose qui ne m’étais jamais arrivée puisque depuis mes 15 ans, j’ai toujours été en couple. Alors au début ça fait tout drôle. Il n’y a plu ce pilier quotidien sur lequel on pouvait s’appuyer. Mais on en découvre ou plutôt on en redécouvre d’autres. La famille prend encore plus son sens. Parce que finalement, quoiqu’il se passe dans nos vies, (pour ma part en tout cas) ce seront les personnes qui seront toujours là. On s’entoure encore plus de ses amis et surtout on fait ce que l’on veut. Tu veux aller boire un verre là tout de suite ? Et bien tu y vas. Un ciné ? Pareil, tu y vas seule ou tu appelles une copine. Tu vis ta vie comme tu l’entends. Et ça, je pense que les célibataires qui me liront comprendront très vite de quoi je parle. Cette sensation de faire ce que l’on veut, quand on veut et quand on l’a décidé : la liberté messieurs dames ! Alors je ne dis pas que dans un couple on ne fait pas ce que l’on veut, mais forcément à deux, on prend en comptes l’avis et les envies de l’autre. Là, je n’avais qu’une personne à écouter : moi-même. Et je vous assure qu’on s’y fait très très vite.

Je ne vais pas mentir, ça n’a pas été tous les jours une partie de plaisir. Au début surtout, il faut s’occuper l’esprit évidemment. C’est souvent ce qu’on me demande, comment passer et penser à autre chose. Sortez, allez boire un verre, des verres, la bouteille si ça vous chante, faites la fête, entourez-vous de gens positifs, voyagez, faites du sport, inscrivez-vous dans une association, je sais pas mais faites ce qui vous fait plaisir, ne restez pas chez vous à ruminer. Pour ma part, j’ai fais un peu tout ça à la fois : sortir beaucoup (ça ça n’a pas changé je vous rassure), faire du sport à fond (la course, ça me vide la tête, une bonne playlist et la motivation repart) et avoir des projets.

Mon projet à moi, sans surprises, ça a été l’achat et la rénovation de mon appartement. Déjà d’avoir pu acheter seule mon propre appartement, j’en ai été tellement fière que j’en ai pleuré plus d’une fois. De me dire que c’était mon chez moi, quoi qu’il arrive, peu importe qui je rencontre maintenant ou plus tard, j’aurai un endroit à moi, qui m’appartient. Un peu de stabilité dans ce monde de liberté ;). Pendant des mois ça m’a occupé l’esprit, mon unique but était de tout remettre à mon image pour que ça me ressemble et que je me sente bien chez moi. C’est fait, aujourd’hui, cet appartement c’est mon bébé, mon point de chute, ma sécurité. Aujourd’hui des projets j’en ai d’autres : des projets à court terme, d’autres à moyen terme, des projets perso, des projets pros, des défis que je veux relever, qui pour moi me semblaient impossible il y a quelques mois en arrière. Bref, je vous en reparlerai en temps voulu.

Voilà ce que ça m’a apporté le célibat : me sortir les doigts du cul. Désolé pour l’expression mais c’est bien le cas. Me dire que tout est possible, qu’aujourd’hui j’ai confiance en moi, que j’ai appris à vivre seule, que je me connais parfaitement, que je sais ce dont je suis capable et que si j’ai envie de quelque chose je peux l’obtenir en me bougeant le cul. J’ai toujours été déterminée, en couple ou célibataire, ce n’est pas la question, mais cette étape de ma vie m’a fait me dire que oui, moi-même, toute seule je suis capable de beaucoup de choses. A 15-20 ans célibataire c’est cool on est foufous, mais à l’approche des 30 ans, le célibat c’est encore mieux : on a le temps, l’argent et le recul sur sa « première » vie pour vivre à fond sa vie de célibataire.

Bon ça c’est le positif. LOL.

Parce que parfois, souvent même on se sent à contre-courant. Parce qu’à l’aube de nos 30 ans, la plupart de nos amis sont en plein dans leurs projets de couple : la plupart ont déjà acheté ensemble une maison, les premiers ou deuxièmes bébés sont en route et tout le monde est en couple et les invitations aux mariages tombent du ciel comme des petits pains. Et ça, ça fait peur.

Parce que c’est la société qui est comme ça, qui conditionne les gens à être comme ça.

HEUREUX = EN COUPLE.
CÉLIBATAIRE = TRISTE.
30 ANS CELIBATAIRE = PERSONNE CHELOU


Qui ne s’est pas dit à 20 ans : « oh bah moi à 30 ans, j’aurai un ou deux enfants, je serai marié etc… » BLABLABLA. Tout le monde ! Moi la première. Parce que ça a toujours été, parce que c’est le schéma le plus classique, parce que c’est « la norme ». Mais pleaaaaase, qui a dit que ça devait être comme ça ? PERSONNE. Il n’a pas qu’un schéma, il y a autant de schémas qu’il y a de personnes sur cette terre. Si vous ce qui vous rend heureux aujourd’hui, que vous ayez 20, 30 ou 40 ans, c’est d’être seule, de voyager, de quitter votre boulot, de vous marier, d’avoir des enfants, et bien faites-le.

Alors oui, quand on voit des couples on se dit que c’est ça le bonheur, « oh c’est trop mignon, à deux on est mieux quand même ». Mais regardez autour de vous, combien de couples sont vraiment heureux ? Certains diront beaucoup, d’autres pas beaucoup, peu importe. Le nombre de couples qui restent ensemble alors qu’ils ne sont plus heureux, ça c’est triste, et bien plus triste que d’avoir peur du célibat. Parce que c’est plus facile de rester comme ça ? Parce qu’on a peur d’être seul ? Parce que vous arrivez à presque 30 ans et vous avez peur de recommencer ?

J’entends souvent dire, « oh mes parents me mettent la pression parce que j’arrive à mes 30 ans et je n’ai encore pas d’enfants ni de copain ». On est presque en 2020 quand même, il serait temps d’arrêter cette pression sociale. Être célibataire à 30 ans n’est pas une maladie les gars. Le jour où mes parents me diront qu’il est temps que je me dépêche de trouver quelqu’un, je m’inquiéterai de leur ouverture d’esprit.

Aujourd’hui, ils me voient heureuse comme je suis, c’est à dire : seule, j’ai acheté mon appartement donc je suis propriétaire, j’ai une bonne situation, j’ai ma société depuis 3 ans, ouais ça ils en sont plus que fiers. Chaque chose en son temps. Et je trouve que je m’en sort pas mal du tout. Après ces quelques mois à me retrouver seule, je sais ce que je veux et je suis prête à rencontrer quelqu’un. Et pas quelqu’un parce qu’il faut être en couple. Non si je me mets avec quelqu’un aujourd’hui, c’est parce que ce sera la personne qui me correspondra vraiment, qui m’apportera quelque chose de mieux à ma vie, qui me tirera vers le haut, qu’être à deux ça sera signe d’être vraiment 2 fois plus heureuse. Mais surement pas, parce qu’il FAUT être en couple. Être en couple n’est pas une fin en soi, être heureux si par contre. Peu importe comment vous avez décidé de l’être.

Nous voilà un an après cet article d’annonce de séparation écrite dans la voiture avec les copines. Je m’en souviens encore, en train de pleurer toutes les larmes de mon corps parce que je ne savais pas comment j’allais réussir à vivre seule. Quand je le relis, ça me fait tout drôle, j’avais beaucoup d’objectifs, de choses que je voulais changer dans ma vie : http://linstantflo.com/tourner-la-page/. Un an après, je prépare ma valise pour une semaine de vacances, et quand je regarde derrière, je me dis que ces objectifs ils sont tenus. J’ai appris à lever la tête, à regarder autour de moi, à lâcher le boulot quand il le faut, à prendre du temps pour moi, à profiter de chaque moment plus que jamais.

Souvent on me dit que j’ai changé, qu’il y a un truc en moi de différent. Et bien, c’est bien vrai, je suis heureuse, épanouie, je sais qui je suis, ce que je veux, que je peux faire ce que je veux, je suis libre. Libre et prête à voir ce que la vie m’a réservé. Et d’ailleurs, je suis prête, prête à sauter dans un avion demain matin avec ma meilleure amie pour une semaine de vacances bien méritée. En attendant la prochaine belle aventure.

Bref, en résumé, j’ai (presque) 30 ans, je suis célibataire et heureuse ! N’oubliez pas, on a qu’une vie, ne trainez pas pour la vivre 😉 ONE LIFE, BEST LIFE, comme dirait ma célibataire trentenaire préférée !

Partager:

45 Commentaires

  1. Gaelle
    31 juillet 2019 / 18 h 03 min

    Merci pour cet article, ça fait du bien de lire ce genre de texte.
    Aujourd’hui, nous sommes tous trop bridés: c’est sûrement la société qui veut cela. Pourquoi a 30 ans faudrait il être propriétaire, marié et avoir 2 enfants?
    Ça fait du bien de dire merde et de vivre sa vie comme on le souhaite.

  2. Helo
    31 juillet 2019 / 19 h 19 min

    Bientôt trentenaire, célibataire et happy rien ne vaut sa liberté, profiter de la vie, sortir et un jour ça nous tombera dessus

  3. 31 juillet 2019 / 19 h 28 min

    Heureuse de lire cet article!
    D’une parce que c’est génial d’entendre et de lire des femmes qui aujourd’hui, décident de ce qu’elles veulent faire de leur vie (couple ou pas, enfant ou pas) sans se soucier des pressions sociales!! On veut juste être libres de nos choix, de nos vies et être heureuses!!

    Et heureuse de te lire heureuse, un an après avoir pleuré avec toi de te voir, te lire pleurer
    Tu rencontreras un p’tit gars charmant, j’en doute pas!

    Il m’a aussi fallut un an pour me remettre de ma séparation! Aujourd’hui aussi on me dit que j’ai changé et c’est tant mieux! Je sais aujourd’hui dire ce que je pense, je n’ai plus peur de déplaire, de m’opposer, de m’affirmer et d’oser croire enfin au bonheur et à l’amour!! Je n’y croyais pas, et pourtant 2 ans après je suis la plus heureuse, des projets en pagaille!
    Je te souhaite tout le bonheur du monde et la réussite dans tes projets!

  4. Elise
    31 juillet 2019 / 19 h 31 min

    Je suis totalement d’accord! J’aurai 30 ans dans quelques semaines et malgré le fait que je sois en couple, je ne ressent pas le besoin d’avoir d’enfants dans un avenir rapproché.. De plus, je n’aime pas particulièrement mon emploi et pense à me réorienter, ce qui rendrait probablement mes parents fous. Voilà tout ça pour dire que malgré le fait que je ne sois pas célibataire à 30 ans, d’autres secteurs de ma vie n’ont pas « atteint » mes objectifs! 30 ans ce n’est qu’un chiffre..

    • Julie
      1 août 2019 / 15 h 49 min

      Mille mercis Floriane, je n’ai que 23 ans, célibataire depuis presque 2 ans après avoir été en couple 6 ans… et tu as mis des mots sur ce que je ressens depuis que je suis célibataire. Même à mon âge, je dois affronter le regard « oh la pauvre, son ex a déjà quelqu’un lui » c’est pesant, mais finalement j’ai jamais eu autant confiance en moi, et été en adéquation avec moi même. J’ai su faire face à moi même, me remettre en question, affronter mes peurs, et même si j’ai encore du boulot (a défaut de la sagesse des 30 ans haha) je me concentre uniquement sur moi et mes projets et ça c’est un luxe.
      Vive la vie, vive la liberté.

  5. Sandra
    31 juillet 2019 / 19 h 34 min

    Merci pour cet article si bien écrit et qui décrit tellement bien les choses… une piqûre de rappel qui fait du bien

  6. Delphine
    31 juillet 2019 / 19 h 36 min

    Coucou Floriane, je me reconnais tellement dans ton article !
    C’est difficile de faire comprendre à certaines personnes en couple (et pas que les parents même certains amis plus jeunes !) que oui tu es heureuse célibataire et libre ! Ce que j’ai préféré c’est partir 15 jours en road trip solo c’était fou, je me suis sentie tellement fière de moi en rentrant. Je compte bien repartir l’année prochaine

  7. Marie
    31 juillet 2019 / 19 h 36 min

    Alleuiaaaaaa ! Merci pour cet article, merci de montrer que l’on peut etre seule ET heureuse. Qu’être en couple n’est pas une fin en soi, loin de là. Je trouve qu’être seule à cet âge permet de se connaitre encore mieux et de savoir ce que l’on veut vraiment.
    Bon, peut-être qu’à 40 ans ue commencerais à m’inquiéter mais pour le moment , APERO !

  8. Marine
    31 juillet 2019 / 19 h 47 min

    J’adhère à 2000%. J’ai vécu ça à 25 ans après avoir passé 6 ans avec qq’un.. Ton monde s’écroule et puis tu relèves la tête. J’ai vécu ma p’tite vie pendant 4 ans et le destin (oui j’y crois ! ) m’a fait croiser le chemin de l’homme de ma vie. Le coup de foudre existe, on ne s’est pas quitté depuis le jour de notre rencontre, ça fait 11 ans maintenant . Tu es une belle personne, dans tous les sens du terme, et un modèle pour beaucoup. Vie ta vie, sois heureuse et profite de ces moments.

  9. Océane
    31 juillet 2019 / 20 h 00 min

    Super article! Quel positivité! J’adore ta façon de voir les choses!

  10. Debo
    31 juillet 2019 / 20 h 50 min

    Bonsoir, cela fait un an que je suis célibataire et comme toi, j’ai réussi à relever la tête et aujourd’hui je peux être fière de dire que je suis heureuse!!je prends 32 ans dans 3 jours et je me suis jamais sentie autant bien dans mon corps et ma tête!! C’est jouissif!!

  11. Morguish
    31 juillet 2019 / 21 h 05 min

    Ouaaaah… j’avais peur de lire ton article.. j’avais peur de pleurer… et biiiim au premier paragraphe j’ai fondu en larme ! Mais je l’ai fini avec le sourire, en me disant que tu as tellement raison.
    Ça fait un mois et demi que je suis séparée après 8ans et demi de relation, ton article tombe à pic, parce qu’aujourd’hui mon moral était dans les chaussettes.
    Merci Floriane, ton article a remis mes idées dans l’ordre ☺️

    M.

  12. Emi
    31 juillet 2019 / 21 h 14 min

    À 8 ans près ( je suis un chouïa plus âgée que toi 38 piges accomplis), j’aurais pu écrire cet article tellement on a une trajectoire similaire ! C’était cool de te lire en ayant l’impression que tu décrivais mon histoire … ah , cette p***** de société qui nous traite presque comme des parias car on ne rentre pas dans la norme … et pourtant on est tellement plus épanouie et heureuse que certains en couple … passe de bonnes vacances

  13. Butterfly.pole
    31 juillet 2019 / 21 h 19 min

    13 juillet .. les 30 ans ont sonné ! J’etais entourée de mes copines célibataires et qui ont également passé les 30 ans cette annee. Ce sujet on l’aborde régulièrement, parfois avec angoisse, parfois avec humour, parfois avec espoir, parfois en lâchant l’affaire. Ton article fait un bien fou ! On a bien assez de stress au quotidien pour ne pas s’imposer celui là en plus.. basé sur les diktats de la société ! Je te souhaite le meilleur pour tes 30 ans entourée de ceux que tu aimes ❤️

  14. Coquereau
    31 juillet 2019 / 21 h 35 min

    Magnifique article, un bien fou de te lire, avec ce que tu viens d’écrire tu fais prendre conscience à bon nombre de personnes de pleins de choses à côté de quoi ont passe et que le célibat’ n’est pas une fin en sois et mon dieu que cela fait du bien de l’entendre dire de la bouche de quelqu’un, merci encore pour cette article et pleins de bonheur à toi pour la suite.

    • Charlotte
      1 août 2019 / 6 h 51 min

      Salut Floriane,

      Quand je lis ton article, je suis obligée de réagir car le célibat ça me connaît 😉
      C’est rassurant de lire ça, et c’est bien de rappeler que c’est tout à fait normal d’être célibataire et non le contraire.
      Le nombre de fois où on me pose des questions relous, « pourquoi tu rencontres personne ? » « Mais je comprends pas, t’es très bien pourtant » bla bla
      Alors oui j’en ai connus des mecs, j’en ai eu des histoires à dormir debout avec les mauvaises personnes, maintenant je me dis que j’attends le bon et encore j’aime pas le mot attendre car j’attends rien. Je kiff ma vie, je fais ce que je veux quand je veux, je voyage seule, je vis a mon rythme et j’adore ça. Pendant ce temps la je vois des amis mariés qui divorcent, des potes qui retournent chez des parents 30 ans.. où est la normalité dans ce cas là ?
      Moi je me dis juste qu’aujourd’hui je suis a ma place, j’ai changé aussi, mais pour rien au monde je me sacrifierai pour un homme s’il ne le mérite pas, sous pretexte d’être en couple.
      Je te souhaite pleins de bonnes choses et de réussite dans tes projets
      Bises

  15. Chloé
    31 juillet 2019 / 21 h 48 min

    Comme je me retrouve dans tes mots, 1 an de célibat aussi à quelque jours près. Après 7 ans aussi. Et l’amour qui s’est effiloché avec le temps. Il restera pour moi quelqu’un de très important, mais c’était nécessaire autant pour lui que pour moi. Comme toi les gens me trouve changée, plus épanouie et rayonnante.
    Ingénieur en environnement sans avoir trouvé de travail par la suite je travaille maintenant sur un yacht (oui je sais c’est un comble) tous c’est enchaîné en quelques semaines même quelques jours. Et finalement je crois que je ne réalise même pas encore. Mais clairement je suis heureuse. Y’a des coups de mou, mais je rebondis et je vie pour moi.
    Je t’écris depuis l’avant du bateau on est au mouillage en corse sous un ciel étoilé magnifique. Alors franchement des fois il faut juste garder à l’esprit que la vie est belle quelque part et qu’elle nous attend.
    Merci pour ces mots

  16. LUCILE
    31 juillet 2019 / 21 h 59 min

    A l’aube de mes 32 ans cela fait 1 an et demi que je suis célibataire et vis seule dans mon 45m², en location. Il y a eu des bas (#pressionsociale) mais p**** il y a surtout eu des hauts ! Profiter de la vie, de ses proches, ne rendre des comptes a personne,envoyer bouler les gens négatifs et toxiques. ETRE SOI que ça plaise ou non <3 Ton article fait du bien car il exprime tout haut ce que beaucoup de belles femmes trentenaires vivent en 2019 ! "30 ans" un âge soit ! Mais les plus belles années sont à venir avec en prime la chance de la savourer en sachant qui l'on est vraiment, droite dans ses baskets ! Au moins on ne triche pas, on sait ce que l'on veut et surtout ce que l'on ne veut plus Je suis comme toi, je ne veux pas être en couple pour dire être en couple, j'attends juste patiemment l'homme qui me correspondra, qui m'acceptera telle que je suis. Puis finalement cette période de célibat ça permet aussi de devenir plus tolérante, d'être moins focalisée sur un type d'homme idéal comme a 15-20 ans puisqu'au final tout ce qui importe aujourd'hui c'est le feeling ! Merci a toi pour ce bel article !

    Enjoy life !

  17. Audrey
    31 juillet 2019 / 22 h 25 min

    Ça fait tellement du bine de lire des articles comme ça, ça remet du baume au cœur, ça redonne de l’espoir aussi. C’est vrai que les parents mettent souvent la pression » t’as 25 ans pas de copain! Tu vas finir vieille fille » Euh…. merci c’est vachement sympa….. !!! Mille merci floriane pour ton blogue m, tes articles et ta bonne humeur

  18. Barbara
    31 juillet 2019 / 22 h 57 min

    J’aime tellement lire tes articles, alors quand j’ai vu sur insta que tu en avais préparé un à ce sujet, j’ai foncé.
    Au début de la vingtaine j’ai été 3ans en couple et puis à la fin, ce n’était plus de l’amour que j’éprouvais pour lui, mais beaucoup d’affection pour ce qu’on avait vécu ensemble. J’ai fini par réussir à le quitter, et j’ai respiré. J’ai pris du temps pour moi, je suis sortie, je me suis éclatée, j’ai eu plusieurs relations (plus ou moins) express… Et ça pendant des années. Jen avais besoin, de me retrouver seule, de me connaître, de savoir vivre seule pour peut-être un jour savoir vivre à deux. Tous mes amis sont en couple depuis longtemps, j’étais LA célibataire officielle. Et je ne voulais pas ramener n’importe qui à mes parents. Ça inquiétait tellement mon père que je ne lui ramène personne pendant des années qu’il a attendu que je sois sous morphine un jour aux urgences pour me demander si je ne préférais pas les filles et qu’il serait heureux pour moi tant que je l’étais, heureuse…
    Et puis, à 29ans, je suis allée à une soirée à laquelle je n’avais pas du tout envie d’aller et je l’ai rencontré, on a 32ans, bientôt 33 et c’est une autre pression sociale qui s’offre à nous depuis 2ans : « va falloir y aller hein », « bah et vous c’est pour quand », « eh l’horloge biologique »,… au taf, avec des potes et avec certains membres de la famille toutes les semaines depuis des mois et des mois, qui se transforment en années. S’ils le savaient qu’on essayait, en vain…
    Avant j’avais envie de hurler qu’ils me laissent être célibataire tranquillement et que je serai en couple quand je me sentirai prête. Maintenant j’ai envie de crier qu’on me laisse juste tranquille, vivre ma vie, à MON rythme, et là en l’occurrence à celui imposé par la vie…
    En tout cas, je crois beaucoup au destin et je sais que chaque chose n’arrive pas par hasard ♡

  19. Camille
    1 août 2019 / 7 h 27 min

    J’étais sur le départ pour aller bosser et j’ai vu sur Instagram ton article qui m’a fait écho du coup je n’ai pas pu m’empêcher d’aller voir tout de suite (et je vais être en retard!).
    Je ne sais pas comment c’est possible mais tu as dit mot pour mot ce que je ressens. Situation similaire, en couple pendant 8 ans, difficile de stopper la relation et en même temps une fois que je l’ai fait c’était douloureux oui mais libérateur surtout. Ça fait 1,5 an maintenant et la première année est passée très vite (beaucoup faire la fête m’a sauvé pas mal des moments de tristesse haha). Et puis depuis quelque mois, je me pose et je pense à moi, à tout ce que j’avais laissé dans un coin de ma tête, à mes envies d’enfant, à ne plus attendre pour faire ce que je veux. S’en suis une période de forte remise en question, pas facile, mais qui m’a permis de vraiment faire le tri pour mieux reprendre ma vie en main. Je me connais beaucoup mieux en plus maintenant comme tu dis donc c’est plus facile.
    Bref tout ça pour dire que je me retrouve dans tout ton article et que ça m’a beaucoup touché de lire ça, et que te voir si heureuse est vraiment rassurant et me conforte dans mes choix 🙂
    Merci

  20. Virginie
    1 août 2019 / 8 h 41 min

    Hello Floriane ! Je laisse très rarement des commentaires sur les Blogs mais là je suis clairement obligée ! D’abord, merci, merci, merci pour cet article qui fait un BIEN FOU ! J’ai moi aussi 30 ans et suis célibataire, sans enfant (yiiiiiiiiiihaaaaaaaaaaa) ! Incompréhensible pour certains et ultra kiffant pour d’autres (comme toi et tous ces commentaires) ! J’ai eu plusieurs longues relations et mon célibat m’a finalement permis de me retrouver moi et moi seule, de savoir qui j’étais vraiment et ce que je voulais vraiment aussi. Je sais être heureuse sans dépendre de quelqu’un et ça, ça n’a pas de prix ! J’ai acheté un appartement toute seule et suis vraiment fière de ce beau projet. J’ai bien d’autres projets en tête et en attendant de trouver l’amour, je kiffe plus que jamais ! Encore merci pour cet article et un BIG UP à toutes ces trentenaires célibataires qui ne sont pas des ovnis comme certains aiment le prétendre ! 😉

  21. Eva
    1 août 2019 / 9 h 03 min

    J’adore cet article !
    Moi rien qu’a 20 ans j’ai peur du célibat peur d’être seule, et puis ma première envie c’était de fondé une famille tout ça. Mais maintenant depuis quelques mois j’ai pris du recule sur tout ça, et je pense comme toi, la liberté. C’est bien d’être en couple, mais célibataire il y a de compte à rendre à personne.

  22. Mégane
    1 août 2019 / 9 h 14 min

    Merci pour ce chouette article ou je m’y retrouve tellement.
    Pour ma part, j’ai passé plus de temps célibataire, qu’en couple… et arrivée à 29 ans, je peux dire que je suis fière de ma vie… j’ai profité, voyagé, fais ce dont j’avais envie quand j’avais envie, je suis aussi à mon compte depuis mes 25 ans (le même sentiments de fierté que tu ressent) bref, je vis à 200% et tout ces commentaires du monde extérieur: « tu as bientôt 30 ans » « toujours seule » « l’horloge tourne » je les ai entendu bien plus d’une fois. Non pas de ma famille, mais du monde qui m’entour.
    Alors au jour d’aujoud’hui, j’ai rencontré quelqu’un depuis peu, mais je peux dire que ma vie de « célibataire » jusqu’a mes 29 ans, j’en suis fière, que ce n’est pas une tare, et que une chose est sur, c’est que j’ai appris à savoir ce que j’avais envie MOI dans la vie.
    Alors merci pour tes mots, pour cet article
    Merci d’être Aussi inspirante pour beaucoup.

  23. 1 août 2019 / 9 h 21 min

    Merci pour ces mots Floriane. Je me reconnais un peu dans ton sentiment de liberté suite à la fin d’une relation. Je n’ai jamais été aussi en phase avec moi-même que depuis que j’ai quitté mon ex. Ça fait peur mais qu’est-ce que ça fait du bien !! (même à 25 ans)
    Bises, passe de bonne vacances

    Clémence – http://www.lyonnaisementvotre.com

  24. Marie
    1 août 2019 / 10 h 03 min

    Bonjour Floriane,
    Je te suis sur instagram et sur ton blog depuis quelques années et c’est vrai (mea culpa!), je ne commente pas souvent, voir jamais… Pas que je n’ai pas envie hein! Juste que je trouve jamais quoi d’intéressant à dire…
    Mais là, ce nouveau post remue des choses en moi et je me dis que s’il faut t’écrire, c’est bien le moment!
    Déjà, je voulais te remercier pour ta liberté de parole, tes posts toujours aussi émouvants, simples et très bien écrits. Tu es une personne rare sur les réseaux sociaux, quelqu’un de vrai. N’étant pas une grande adepte des réseaux mais y fouinant quand même de temps en temps, je suis souvent estomaquée par l’hypocrisie, la fausseté et l’image véhiculées par insta. On en chie déjà bien assez, et tu as mis le doigt dessus, avec la pression sociale des amis, famille ou autres, pour ne pas se faire prendre le chou par l’image soit disant parfaite qu’on doit donner de nous.
    Ensuite, bien que contrairement à beaucoup qui t’écrivent je ne sois pas dans ton cas, tes paroles ont un très fort écho en moi… J’ai 30 ans depuis peu. Je suis en couple depuis 10 ans avec le même homme et je suis heureuse. Alors pourquoi tes paroles me remuent autant?
    Parce que pour être heureuse en couple, il a fallu passer par bien des épreuves, bien des moments difficiles et surtout par le besoin vitale d’être heureuse seule. Alors, même si je suis en couple, combien de fois ai-je entendu des amis, des personnes de ma famille, juger le fait que je parte avec une amie en vacances plutôt qu’avec mon homme? Et avec ton mec, vous passez pas toutes vos soirées ensemble ? Pourquoi tu sors dans un bar sans lui? Etc.
    Bref, et je t’en épargne…
    Je ne dis pas que pour être heureuse en couple, il faut forcément faire des choses séparément. Mais c’est ma manière à moi, et elle marche alors pourquoi juger?
    Et à côté de ça, combien ai-je d’amie qui sont en couple depuis des années et qui sont malheureuses mais qui ne font rien pour changer cela. Pire même ! Elles font des enfants avec leurs mecs pour combler un vide, trompent leurs copains pour être plus heureuse…
    Je ne comprends pas comment on peut se réveiller un matin, se dire qu’on est pas heureuse dans sa vie et ne rien faire! Je ne dis pas que c’est facile! Oh non, loin de là ! Mais en chier pendant plusieurs mois, ça ne vaut pas le coup quand on voit comme on peut être heureuse et épanouie comme toi maintenant !
    Enfin voilà, je me rends compte que ce n’est peut-être pas pour rien que je ne laisse pas souvent de commentaires vu mon roman…
    Je te souhaite tout le bonheur que tu mérites pour ton avenir, de poursuivre dans ce chemin de la liberté parce ça c’est la vie, la vraie ! Et pourquoi pas, de rencontrer un mec qui ne fasse qu’ajouter la cerise sur le gâteau à tout cela!
    Merci pour tes mots, ton vécu, ton blog.
    Passe de belles vacances !

  25. Charlotte
    1 août 2019 / 10 h 18 min

    Hello Floriane,
    C’est assez rigolo car à la lecture de l’article, je me suis sentie comme opposée à toi.
    J’ai 30 ans dans un peu plus de 6 mois et je viens de trouver un mec après avoir passé quasi toute ma vie célibataire, cela m’a laissé le temps d’apprendre à me connaître, de découvrir le monde et nouer des amitiés solides comme tu le décris. J’ai toujours été la personne qui m’aide, la personne sur qui je peux compter, la personne indépendante et j’en suis fière.
    Et puis maintenant que j’ai rencontré quelqu’un, je suis également face à une pression à laquelle je n’étais pas préparée. La pression du « tu penses que c’est le bon ? », « est-ce que tu penses que ca va durer ? » et ca fait peur aussi. Car en fait, je ne sais pas ce que c’est que d’être en couple.
    La leçon à retenir et c’est ce que tu dis dans ton article que je trouve très bien écrit : vivons pour nous bordel !
    Et bonnes vacances à toi, les vacances entre meufs c’est tellement le kiff !

  26. Camille
    1 août 2019 / 10 h 31 min

    Mon dieu, MERCI ! Quel bonheur de voir que je ne suis pas « folle » quand autour de moi tout le monde ou presque pense à l’inverse de ton article. Quelle joie de me retrouver dans absolument tous les mots que tu viens d’écrire.

  27. Lili
    1 août 2019 / 12 h 57 min

    Merci pour cet article qui risque d’en inspirer plus d’une !
    Je viens partager mon experience de « grande soeur » puisque je viens de faire ma mise à jour 3.4.
    Il y a 2 ans même histoire je me retrouve célibataire après 2 relations de 7 ans chacune…. Le choc.. puisque la dernière séparation s’est faite sous fond de tromperie. Je tombe de haut, je me retrouve au fond du trou… Puis j’ouvre les yeux, je me relève, je réalise…
    Je réalise que l’amour s’en était allé depuis longtemps mais je vivais dans ma bulle, je n’ai pas voulu le voir, l’admettre plus tôt. Le destin (Ho que oui j’y crois) m’a forcé à ouvrir les yeux…
    C’est un mal pour un bien ! Je me suis recentrée sur moi… J’ai pu prendre conscience à quel point j’étais à côté de la plaque dans tous les domaines de ma vie.
    Je me suis relevé. Profité de l’été pour papillonner comme bon me semblait, plaqué mon job du jour au lendemain, voyagé, profité. Je me suis reprise en main, ouverte aux autres, ouverte à la vie en général. Enfin en phase avec moi même je ne me suis jamais sentie aussi bien dans ma tête et dans mon corps ! J’ai appris à voir et à saisir les opportunités qu’offre la vie. Aujourd’hui je suis libre, heureuse, en accord avec moi même. J’ai réalisé que je ne pouvais être heureuse dans un job ou une relation « classique ». Trop besoin de liberté ! Suite à une reconversion pro je bosse en free pour différentes boîtes (adieu monotonie). Je vis une belle relation, qui est à l’opposé de mes précédentes relations, puisque chacun a son chez soi, Mr est très souvent en déplacement pour le boulot. Mais nous sommes heureux et nous construisons notre couple différemment du schéma classique.

  28. Sophie
    1 août 2019 / 14 h 14 min

    Merci pour cet article, ça fait « plaisir » en quelque sorte de voir que je ne suis pas la seule à traverser ce genre d’épreuve et à ressentir toutes ces émotions. Plus ça va plus je remarque que finalement on est beaucoup plus dans ce cas que ce qu’on pourrait croire! Larguée par Mr en ce début d’année après presque 5 ans de relation et c’était ma première histoire d’amour. Puis il a essayé de revenir à deux reprises puis au bout de la 3ème fois j’ai dis Stop! Et aujourd’hui enfin je me sens libérée de lui bien que je n’en suis pas encore au point de savoir ce que je veux dans ma vie. A savoir côté vie professionnelle et côté vie tout simplement, si je reste dans la région dans laquelle je m’étais installée pour vivre avec lui (Isère) ou revenir vivre en Côtes d’Armor d’où je suis originaire.
    En tout cas comme tu le dis, les amis, la famille et le sport m’ont beaucoup aidé à passer cette épreuve et il faut laisser le temps faire les choses, s’apaiser et on finit par se rendre compte que c’était la meilleure décision finalement et que tout arrive pour une bonne raison ! J’ai 28 ans et comme on a pu me le dire on est encore jeune et on sait désormais ce qu’on veut ou ne veut plus donc on peut supposer que l’on risque de moins de se tromper … ?! ^^
    En tout cas bravo pour avoir surmonter cela et être au mieux dans ta vie maintenant! Passes de bonnes vacances 🙂

  29. Cannelle
    1 août 2019 / 15 h 13 min

    Merci pour cet article qui tombe a pique. Je suis maman de deux enfants, j approche les 30ans et je viens de me séparer & de vendre ma maison après 6ans de relation.
    Ton article m a fait pleurer, de peine et de joie… un joli mélange, un mélange qui m’a reboosté en tous ças.
    La vie ne s arrête pas tant qu on est en vie !
    Et notre bonheur ne dépend que de nous.
    Passes de bonnes vacances et continues de rayonner. ❤️

  30. Angélique
    2 août 2019 / 7 h 17 min

    Finalement, c’est comme tout dans la vie, chacun fait ce qu’il veut et personne ne devrait se sentir en droit de juger.
    Ce qui compte, c’est d’être bien dans nos baskets et pas besoin qu’on nous file celles des autres (en plus parfois y a des mycoses… sens propre et figuré)
    Perso, 26 ans, en couple depuis 6 ans et bientôt un petit bébé. Et je suis heureuse ainsi. Je ne me sent pas en prison, je profite de la vie comme j’aime le faire et voilà.
    Nous ne sommes pas toujours maître de ce que la vie nous réserve et notre vraie force est de réussir à faire avec et de trouver autour de nous chaque petite bride de chose que l’on puisse transformer en élément positif pour avancer.
    Il n’y a pas un seul mode de vie exemplaire et idéal, ça se saurait sinon

  31. Nana
    2 août 2019 / 8 h 07 min

    Merci pour cet article ! Je ne laisse jamais de commentaire mais là tu as tellement fait échos à ma situation personnelle … 25 ans, en pleine séparation après 2 ans et demi d’une relation en montagnes russes, la maison en location, à la recherche d’un nouveau départ professionnel … bref la cata ! Mais tes mots me font sourire ce matin et finalement le meilleur est peut être à venir !
    Merci merci !!

  32. Mathilde @mathou_boo
    2 août 2019 / 8 h 33 min

    Hello Floriane,

    Merci pour tes mots ! Je suis en couple et heureuse mais je suis totalement d’accord avec toi. Ras le bol de cette société qui se limite à ce schéma et ça vaut pour de nombreux autres schémas.

    Pour exemple, mon grand frère va avoir 32 ans, il est célibataire, complètement paumé professionnellement et à cause de mon père qui n’est d’aucun soutien et borné dans ce schéma d’homme qui doit gérer la maison, avoir une femme, réussir partout et se montrer fort, mon frère n’ose pas parler mais moi je suis sûre qu’il est homosexuel et il est malheureux de ne pas pouvoir l’exprimer et vivre libre.
    Bref je m’égare un peu mais les personnes qui ne sont pas ouverts d’esprit empêchent les autres de vivre selon ce qui leur convient le mieux.

    Je suis heureuse de voir quelqu’un comme toi qui relève des défis, ça motive beaucoup.

  33. Aurélie
    2 août 2019 / 19 h 53 min

    J’adore ton article et ta vision des choses. J’ai 41 ans, 2 enfants, 20 ans de vie commune avec mon mari et je n’aurai qu’une chose à dire « mais ouiiiii profitez à fond de cette liberté sans attaches et de faire quoi bon vous semble et quand vous le voulez » la liberté n’a pas de prix, il n’y a pas d’âge pour être en couple, mariée, des enfants et ça viendra mais en attendant PRO FI TEZ.

  34. P.
    3 août 2019 / 10 h 02 min

    Merci pour cet article, je m’y retrouve à 100%
    Célibataire depuis presque 1 an après 5 ans de relation, 30 ans dans 6 mois, propriétaire depuis quelques mois… bref on a vécu exactement la même chose, et je pense vraiment comme toi. Merci d’avoir écrit tout ce que je pensais. Je te souhaite tout le meilleur

  35. Maëlle
    5 août 2019 / 19 h 42 min

    Coucou Floriane !
    J’ai adoré lire ton article, à vrai dire je me retrouve bien dans ce que tu dis, même si ce n’est pas la même situation. Attention, pavé à venir, si tu penses que mon histoire détaillée n’a rien à faire dans ton blog je m’en excuse d’avance.

    J’ai moi aussi eu une longue relation à mes 17 ans (qui a duré presque 5 ans), mon « premier amour » comme on dit, avec qui ça s’est arrêté très brusquement, ce n’était pas mon choix. J’ai été dévastée sur le coup, je me suis dit que jamais je n’arriverai à avancer sans lui, je n’en avais même pas envie, c’était lui ou personne d’autre. Je l’ai très mal vécu pendant… même pas deux semaines ! Je me suis dit (oui c’est horrible) « ce n’était pas si incroyable ». Avec du recul, je me souviens à peine de ces 5 ans. Moi qui pensais être follement amoureuse, que notre relation était unique, je me suis posée beaucoup de questions… Pour m’en remettre aussi vite, peut-être que c’est parce que j’ai un cœur de pierre ? Peut-être que ça m’a plu de voir que je pouvais être « adulte », posée et stable avec une personne ? C’est vrai qu’avant je faisais toujours la fête, je n’étais pas sérieuse, j’étais jeune quoi. Et/ou j’étais aveuglée par le fait que c’était ma première relation, une nouvelle aventure, une découverte, et alors je pensais être amoureuse alors qu’en fait non.

    Bref, à la suite de cette rupture j’ai intégré l’école de mes rêves (sans doute que cela aussi m’a aidée à passer vite à autre chose). Une nouvelle vie commençait, une nouvelle ville, un nouvel appartement, de nouvelles rencontres et j’en étais très heureuse. Puis je rencontre un garçon dans l’année à une soirée, on continue de se voir comme ça on se marre bien, je le trouve vraiment pas mal. Très vite je m’attache mais notre relation n’est pas claire. Pendant plusieurs mois j’étais un peu dans l’angoisse qu’il me laisse tomber à tout moment, il n’avait pas l’air de vouloir quelque chose de sérieux. Finalement notre relation dure 2 ans et il est très amoureux, moi pas du tout. Je ne sais pas pourquoi j’ai attendu tant de temps pour arrêter, alors que dans le fond, je savais que je ne finirai pas avec lui. Ça me faisait mal de couper le contact d’un coup comme ça. Comme tu dis « C’est déroutant et brusque à la fois ». Et puis j’avais tellement voulu qu’il m’aime, je ne sais pas pourquoi, pour me rassurer peut-être. J’étais seulement attachée, je n’avais même pas parlé de lui à ma famille. Donc j’ai laissé traîner cette relation en me persuadant que si, ça vaut le coup je dois faire des efforts, un mec amoureux ça court pas les rues. Mais il n’y a jamais eu d’amour de mon côté, ça devait s’arrêter. Cette rupture je la vois comme un deuxième échec, une incapacité à aimer qui se confirme.

    Quand je l’ai quitté j’ai senti un énorme soulagement. Vraiment. Je me suis dit « j’arrête, je suis heureuse que quand je suis célibataire ». Je ne suis pas adepte des plans d’un soir ou quoi, je peux très bien rester seule très longtemps. D’ailleurs c’est ce qui est arrivé à la suite de cette deuxième rupture, quasiment 2 ans sans relation. J’en avais vraiment besoin et je me suis sentie vraiment bien, j’avais ma famille, mes amis, mes animaux, toujours dans les études dont j’avais rêvé, pas besoin d’un mec. Finalement, je n’avais aucun soucis à imaginer ma vie seule, dans une maison avec un grand jardin, mes chiens, chats, ânes, cochons, poules. Mes amis en tant que voisins. Mes voyages en solo.

    Puis il y a quelques mois, j’ai commencé à me sentir seule. Je n’étais pas moins entourée que ces deux dernières années mais je me sentais seule. « Finalement, c’est un peu triste de vivre seule dans une maison à la campagne. Avec qui je vais partager toutes mes futures aventures ? ». Ça commençait à cogiter…
    J’ai revu un ami très proche en début d’année, avec qui ça s’est terminé au lit… On se voyait de temps en temps, j’étais rassurée car je n’avais aucun sentiment, je ne m’attachais absolument pas et cela confirmait mon « cœur de pierre » (vaut mieux ça qu’un cœur en morceaux non ?). Ça a renforcé mon souhait de ne plus avoir de relations sérieuses, et que je n’avais besoin de personne. J’oubliais ce sentiment de vouloir trouver quelqu’un, « me mettre en couple bêtement, alors que non, je peux très bien vivre seule ». Au bout d’à peine 4 mois, je voyais que son comportement changeait et il était hors de question pour moi qu’il y ait l’ombre d’un sentiment, j’ai donc coupé les ponts. J’ai vraiment eu la sensation d’avoir fait de la merde tout ce temps, d’avoir gâché une bonne amitié. Je n’étais pas heureuse.

    Immédiatement après, je suis rentrée avec un gars belge de mon travail après une soirée. On s’était vraiment énormément amusés (l’alcool aidant j’avoue). Il me confie qu’il a énormément souffert en amour, il n’a subi que des tromperies et est loin d’être prêt pour une nouvelle relation. Il me le dit pour se confier, ça ne m’était pas adressé puisqu’à aucun moment il n’était question qu’on recommence, surtout qu’il repartait en Belgique 2 mois et demi après. Finalement on se voit de temps en temps, 2 à 3 fois par semaine et on apprécie la compagnie de l’autre. J’apprends à le découvrir et me rends compte de l’homme génial qu’il est. Ça y est, je m’attache. « Non Maëlle, il a trop souffert, toi t’es pas capable d’aimer, hors de question de lui faire du mal ». Je n’ai jamais été infidèle, mais rien que l’idée de lui donner espoir et finalement de ne pas être capable de lui donner de l’amour, me fait dire qu’il mérite mieux. Mais surtout, surtout, il repart en Belgique dans deux mois et demi. 7h de route. Oui j’y pense, tout au fond de moi j’espère, je me dis « ça peut être faisable » mais je sais que c’est peine perdu. Même si lui le voulait, qui me dit que je ne vais pas me lasser au bout de deux mois ? Est-ce que ça vaudrait le coup de faire toute cette route même une fois par mois si c’est pour que ça ne tienne pas ?
    On continue de se voir, je sais que ça me fait du mal. C’est bizarre l’humain quand même, se donner l’occasion d’avoir mal et d’être triste… Mais en même temps je suis bien quand il est là. Bref, on se voit de plus en plus à la fin, quasiment tous les jours, comme si on profitait à fond avant que tout s’arrête. On se fait même des sorties presque « couples ». Pourquoi on fait ça ? Au moment de partir il me passe un mot. Il y avait mis tous les moments, souvenirs et anecdotes nous concernant. Je ne m’y attendais pas, je pleure en lisant. A la fin « merci pour tout, ne change pas », un bel au-revoir, mais un au-revoir qui fait mal. J’arrive à lui glisser « tu vas me manquer », il me répond « toi aussi tu vas me manquer ».

    Ça fait qu’une semaine qu’il est parti, on continue de se parler par message. Je ne sais toujours pas ce que ça veut dire, pourquoi on continue de se parler. Finalement si on ne se revoit pas, pourquoi continuer à se parler ? Mais en même temps ce n’est pas un inconnu, pourquoi on arrêterait de se parler ? Je sais que moi je suis capable de me poser avec lui, je suis capable de gérer la distance. S’il me le demandait, oui je me mettrais en couple avec lui, car je pense à lui tout le temps. Mais suis-je capable d’aimer ? Ne mérite-t-il pas mieux que moi ?

    J’arrête pas de me dire « j’aurais pas dû continuer de le voir, maintenant ça me fait souffrir », mais je dois avouer que cette relation m’a fait réaliser qu’aujourd’hui, et ça faisait longtemps que je ne le pensais plus, je sais que je veux trouver quelqu’un avec qui je serai heureuse. Non le célibat ne me conviendrait pas, je ne me vois plus seule parce que je ne serai pas heureuse. Mais me mettre en couple pour me mettre en couple non plus. J’ai toujours eu ce sentiment d’avoir besoin de quelqu’un qui m’aime, mais au final je serai véritablement heureuse quand j’aurai trouvé quelqu’un que j’aime sincèrement, d’un vrai amour (bon s’il peut m’aimer aussi ça serait quand même mieux !). Est-ce que ce sera lui ou un autre je ne sais pas. Là maintenant tout de suite j’espère que ce sera lui. Peut-être que dans un mois cela me sera complètement égal et je serai passée à autre chose.

    Désolée pour ce pavé, et puis au final je ne suis même pas sûre que cette histoire d’une inconnue t’intéresse. Mais ça m’a fait un bien fou.
    Je te souhaite d’être heureuse et de fêter tes 30 ans comme il se doit ! Moi j’en ai 26 et j’ai à la fois peur et hâte de voir ce que l’avenir me réserve.
    Des gros bisous.

  36. Sara
    11 août 2019 / 18 h 41 min

    Bravo Floriane pour ton article .
    On se rends compte que l’on est beaucoup moins seule que ce que l’on croit .
    9 ans de relation, un éloignement progressif, des projets communs différents et BIM … célibataire à 28 ans . ^^ Une grande décision qui fait peur ( peur du célibat, peur d’être seule, peur du regard) mais à je ne regrette tellement pas . Si c’etait A refaire je le referais car quoi de plus terrible de rester dans une relation où on se retrouve plus, où on a l’impression de ne pas être heureuse à 1000%. Alors oui cela prendra du temps de retrouver quelqu’un ( car plus le temps passe plus on devient exigeant ) mais le temps j’apprends à me connaître et vivre avec moi même .
    Et la pression sociale sera toujours présente mais finalement n’est ce pas les gens qui essaient de mettre des règles de vie qui sont malheureux ?
    Vive les célibataires qui s’assument .

  37. 24 août 2019 / 7 h 17 min

    Ton article est tellement bien écrit !
    Je suis en couple depuis 8 ans et j’espère pour de longues années encore. Mais si cela venait à « échouer » je sais quel texte je viendrai (re) lire 😉

  38. Préault
    24 août 2019 / 17 h 32 min

    Coucou Floriane,

    Tu as complètement raison! Combien de couple reste ensemble juste par peur d’être seul!
    Avant d’être heureux à deux il fait l’être seul « heureux »
    J’ai 40 ans pas d’enfant, en couple depuis 5 ans et je suis bien! J’ai vécu 10 ans avec un homme, je croyais être heureuse! Bref, un jour j’ai dit stop je le quitte et ça été une vraie libération! Comme si maintenant je pouvais choisir ma vie!
    Oui on vit qu’une fois et on vit pour soi pas pour les autres!

    bisous positif ^-^
    merci pour tes partages
    *ET VIVE LA BRETAGNE*

  39. Suzie
    10 septembre 2019 / 10 h 56 min

    Je viens de découvrir ton blog et celui-ci tombe à pic !
    Je suis tout juste en train de me séparer après 8 ans de relation.
    Ca a un côté effrayant et en même temps c’est un soulagement. Il ne me reste plus qu’à trouver un nouveau travail pour pouvoir quitter Paris etrevenir dans ma Bretagne natale et je pourrais enfin m’épanouir !
    Bonne continuation à toi, j’ai hate de continuer à découvrir ton blog

  40. Émilie
    9 octobre 2019 / 23 h 32 min

    Woooo cet article j’aurai pu l’ecrire … ou presque en tout cas il raisonne fort en moi . J’aurai 30 ans début d’annee Prochaine et j’ai toujours vécue seule avec des petites histoire sur par ci par là .
    J’ai fais le choix de beaucoup voyager pendant que la plupart de mes proches construisaient leurs vies de couples . Encore sous peu j’etais seule , je n’ai pas d’enfants mais je le vis plutôt bien même si il faut l’avouer la vie de famille me donne de plus en plus envie .
    J’ai fais le choix d’autres expériences formidables et comme toi , j’ai achetée seule mon appartement que je suis en train de « retaper «  ( travaux d’embelissements).
    Aujourd’hui je sais qui je suis et ce que je veux . J’ai rencontré une personne tout récemment et nous nous entendons à merveille , nous sommes amoureux . Je suis heureuse de me dire que je suis avec lui non pas parce que je me sens seule , non pas parce qu’il le faut mais parce que j’en ai envie . Parce qu’avec lui je me sens heureuse même si j’etais Déjà très heureuse avant sa rencontre .
    De toute façon je suis persuadée que pour vraiment aimer ( d’un amour « sentimal « ) une personne il faut d’abord s’aimer soit même et être bien dans sa vie afin de ne pas attendre de l’autre qu’il soit l’objet de notre bonheur mais plutôt quelle arrive dans notre vie comme un bonus .

  41. Caro
    21 novembre 2019 / 9 h 31 min

    Merci merci Merci! J’avais un petit coup de mou aujourd’hui et vos messages et ton article m’ont redonné la pêche!

    C est dur tellement dur dans notre société d etre seule a 29 ans et 6 mois :D! Parce que tout le monde croit qu’on est malheureuse parce qu’on est seule… whaaat? Bien sur qu’on peut être heureuse. Bien sur que l’on est pas une pestiférée qu on a pas de tare ou qu’on est pas une vieille fille!
    Je suis bien dans mon travail j ai une famille et des amis supers qui bien que je sois la seule celibataire ne me le font pas ressentir. J ai acheté mon appart toute seule! Comme tu dis : quelle fierté!.
    Moi la non sportive je me suis mise au sport a fond j’ai repris la danse et c est juste genial de pouvoir se feliciter!
    Je ne pensais pas etre capable de ça et aujourd’hui je suis fiere de moi.
    Ce n est pas toujours simple. Encore hier une petite crise de panique parce que j ai peur de finir ma vie seule sans rien revivre en terme d amour… et puis je lis ton article et je dis Merde ! Ca va venir mais profites a fond de ta vie de celibataire parce que comme tu me dis si bien être en couple pour etre en couple n est pas mon projet! Tellement de gens malheureux a deux.
    Pour toutes les trentenaires ou presque celibataire: les filles on ne vaut pas moins que les autres. On est au top !

    Merci pour ce bel article. J ai la patate!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 9875 to the field below: